Journée d’étude : Ecriture manuscrite et dactylographiée dans le livre d’artiste

La journée d’étude consacrée à l' »écriture manuscrite et dactylographiée dans le livre d’artiste », organisée par Hélène Campaignolle-Catel, Karine Bouchy et Melina Balcazar dans le cadre du programme LivrEsC, se tiendra le vendredi 22 septembre à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris, de 10h30 à 17h30.

J’y parlerai des écritures dactylographiées et manuscrites dans l’oeuvre de Bernard Heidsieck en compagnie de Guilhem Fabre et Martial Lengellé lors d’une table ronde.

 

Colloque : « Extension du domaine de la littérature »

Le colloque « Extension. du domaine de la littérature », congrès de la Société d’Etude de la Littérature Française du XXe et XXIe siècles, organisé par le CELAM en partenariat avec le THALIM, se tiendra les 14, 15 et 16 septembre à la Maison de la Recherche d’Aix-en-Provence et au MUCEM à Marseille.

J’y participerai à une table ronde « Pour une poésie extensive », en compagnie d’Olivier Gallet, Laure Michel, Benoît Auclerc et Olivier Belin.

Voir le programme complet

Colloque : Editions Verticales, 1997-2017 : éditer et écrire debout

Le colloque « Editions Verticales : Editer et écrire debout », organisé par Aurélie Adler, Stéphane Bikialo, Karine Germoni et Cécile Narjoux, se tiendra les 13 et 14 avril à l’Université de Poitiers, puis le 18 avril à l’Université Paris-Sorbonne.

J’y animerai une table ronde autour de la notion d’intermédialité dans les oeuvres d’Anne-James Chaton, Frédéric Ciriez, Jean-Charles Massera et Olivia Rosenthal.

Pour consulter le programme

Parution : revue GPS 10, Poésies expérimentales

Le numéro 10 de la revue GPS consacré aux Poésies expérimentales et coordonné par Jean-Pierre Bobillot, est paru.

J’y contribue avec un article théorique intitulé « De la poésie ready-made aux poésies expérimentales : pour une approche intermédiale »

gps10

Pour accéder au sommaire et commander le numéro 

De la poésie ready-made aux poésies expérimentales : vers une approche intermédiale

Conférence donnée lors du séminaire  « Création, media, médias #3 » organisé par Jean-Pierre Bobillot,Yves Citton et Isabelle Krzywkowski le 6 avril 2016.

Annonce du séminaire sur la page de l’université

Pour lire le texte de la conférence :  De_la_poesie_ready-made_aux_poesies_exp

Journées d’études : « Les poètes et la publicité »

Les deux journées d’études sur « Les poètes et la publicité », organisées à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle dans le cadre de l’ANR LITTéPUB par Marie-Paule Berranger et Laurence Guellec, avec l’appui de Gaëlle Théval pour la coordination, se sont tenues les 15 et 16 janvier, salle Las Vergnas.

Voir le programme complet 

J’y ai proposé une communication intitulée « Poésie = Publicité : la publicité comme contre-modèle dans la poésie visuelle depuis 1950″, dont voici le résumé :

Cette communication se propose d’aborder les relations de la poésie « visuelle » à la publicité dans la seconde moitié du XXe siècle. Nous verrons comment l’émulation joyeuse (« rivalise donc, poète, avec les étiquettes des parfumeurs », enjoint Apollinaire) et les élans enthousiastes allant jusqu’à poser l’équivalence « Publicité = poésie » (Cendrars) laissent place, au cours des années 1950, à une posture plus critique, qui ne rompt cependant pas avec les expérimentations visuelles de la première moitié du siècle, mais en revendique et infléchit l’héritage et la portée. Des métagraphies lettristes aux « ultra-lettres », puis, à partir des années 1960, de la poésie concrète et spatialiste, jusqu’aux propositions contemporaines, les expériences de poésie visuelle auxquelles nous nous intéresserons empruntent leur langage graphique à la publicité, pour mieux le détourner, le subvertir, finissant par ériger la publicité en véritable contre-modèle, et laissant apparaître une équation toute autre : « Poésie = publicité ». Sans négliger les divergences esthétiques, nous nous proposons de dégager quelques traits communs dans les stratégies mises en place par ces poésies pour travailler avec et contre le langage publicitaire.

 

 

Journée d’études : « Poésie et performance », Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

La journée d’étude « Poésie et performance » se tiendra le 28 mars 2014 à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (13, rue de Santeuil, 75005 Paris), en salle 410

Voir l’Affiche

Responsables : Olivier Penot-Lacassagne ; Gaëlle Théval

Argument

Qu’est-ce que la  « poésie performance » ?  Comment la définir ? Quels éléments spécifiques fait-elle apparaître ? Comment la délimiter ?

Quelque peu négligée par la critique, la poésie performance est un champ difficile à circonscrire. Les relations étroites qu’elle entretient avec les autres arts performatifs, les rapports de contiguïté qu’elle connaît avec la « poésie orale » (Zumthor) ne facilitent guère son identification. Il importera par conséquent d’en dégager les éléments distinctifs. En quoi la performance poétique, sans en être indépendante, se différencie-t-elle des performances dramatique, plastique ou chorégraphique ? Quel(s) usage(s) de l’espace, du temps, du corps, de la voix, des techniques et des technologies demande-t-elle ou invente-t-elle ?

De même, il importera de la distinguer du champ de l’oralité poétique, étant entendu qu’elle déborde largement la simple mise en voix. Un des enjeux de cette réflexion sera ainsi de définir, sans jamais le figer, l’espace propre de la poésie performée, de reconsidérer dès lors les différents vocables employés par les poètes pour la désigner : « poésie directe » (Jean- Jacques Lebel), « poésie action » (Bernard Heidsieck) ; « poésie en chair & en os » (Julien Blaine) ; « poésie d’action » (Robert Filliou, Serge Pey)…

Cette singularisation de la performance poétique s’appuie sur une histoire qui, certes, relève de l’histoire générale de la performance, mais qui suit aussi un cours qui lui est propre. Dans cette double perspective, l’étude des grands précurseurs, mouvements ou figures (futurisme, dadaïsme, ultra-lettrisme, poésie sonore…), s’impose. Depuis longtemps, les poètes oralisent leur poésie. Cette oralisation rompt avec la lecture silencieuse, solitaire, du poème. Les performances avant-gardistes sont historiquement déterminantes. Les bouleversements qu’elles apportent permettent de mieux appréhender aujourd’hui la notion de poésie performance. Mais on ne peut négliger dans son élucidation critique l’importance des transferts culturels, en particulier l’influence, à partir des années 1960, de la poésie américaine et de la pratique anglo-saxonne de la parole performée sur les poètes français.

Interroger, au-delà des cloisonnements disciplinaires, l’évolution des pratiques de la performance poétique, leur historicité, leurs formes (propres ou hybrides), leurs dispositifs (sonores, visuels, numériques), leurs contenus, leurs sens par rapport à la culture d’aujourd’hui : tel est l’objet de cette première journée d’études dont les attendus sont à la fois historiques, théoriques et critiques.

Programme 

9h45 : Olivier Penot-Lacassagne : ouverture de la Journée

Matinée

10h00 : Laurent Prost (Université Paris Ouest Nanterre) : Dada, une critique de la poésie : mots, gestes et rythmes au Cabaret Voltaire

10h30 : Olivier Penot-Lacassagne (Université Sorbonne Nouvelle) : Antonin Artaud : le corps, la voix

11h00 : Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle) : Ghérasim Luca, un nœud critique pour la poésie performance

11h30 : Cristina de Simone (Université Paris Ouest Nanterre) : La lecture performance chez Isidore Isou et François Dufrêne

 

Après-midi

14h00 : Laurence Corbel (Université Rennes II) : « Try it yourself » : la poésie d’action de Robert Filliou

14h30 : David Christoffel (Université Paris I) : Poésie = Performance. Une théorie poétique de la performance à partir du Pneu de Tarkos.

15h00 : Gaëlle Théval (Université Sorbonne Nouvelle) : Poésie : (action / directe / élémentaire / totale…)

15h45 : Juliette Drigny (Université Paris Sorbonne): Que faire de la voix ? Performances vocales et enregistrements autour de l’avant-garde théorique des années 1970 : Denis Roche, Pierre Guyotat, Christian Prigent

16h15 : Anne Christine Royère (Université de Reims) : Poésie et performance à l’épreuve de la lecture publique dans les années 1980