Résumés des articles

4 – « Une revue pour sortir du livre : OU-Cinquième saison », La Revue des revues n°52, 2014, p.12-23

« Il nous faut publier des disques, pour illustrer les œuvres publiées, poème-partition, poésie phonétique, etc.» Le programme énoncé par Henri Chopin pour OU-Cinquième saison (1963-1974) donne naissance à un objet en rupture dans le champ des revues de poésie de l’époque. Première revue-disque, OU-Cinquième saison se veut une plateforme de diffusion de la poésie sonore alors naissante, mais se donne également comme lieu de découverte des avant-gardes historiques qui en ont fait l’histoire. La revue innove également dans le domaine des revues de création par l’adoption d’un dispositif singulier incluant des dépliants dans une pochette. Objet à écouter, voir et manipuler, la revue d’Henri Chopin constitue un exemple longtemps unique d’espace où se confrontent les media d’une poésie sortie du livre.

5 – « Le poème ready-made : du paratexte au dispositif », Essays in French Literature and Culture (EFLaC), « Le paratexte revisité », The University of Newcastle, Australie, 2012, p.41-58

[Constitués du déplacement d’éléments banals dans un contexte littéraire, les poèmes ready-mades sollicitent le paratexte au point d’en faire un élément de premier plan. Dans le domaine littéraire le titre, le nom de l’auteur, de la maison d’édition, la préface, sont autant d’éléments qui contribuent à la médiation du texte et influent sur sa réception, dans la mesure où ils contribuent à définir le cadre pragmatique de l’œuvre. Or tous ces éléments, d’ordinaire relégués au second plan par l’analyse qui les considère comme ne faisant pas partie de l’œuvre à proprement parler, sont indexés et activés par les poèmes ready-mades au point de rendre la frontière entre le texte et son contexte perméable.

6 – « « en face / d’événements / en face / des gens / et toujours la télévision / entre nous »[1] : Le 11 Septembre 2001 vu par deux poètes contemporains », revue TRANS- (Revue de Littérature générale et comparée, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), n°10, « (Non-) événement », Juillet 2010

http://trans.revues.org/382

Cet article étudie la manière dont Patrick Bouvet, dans Direct et Christophe Fiat, dans New York 2001 interrogent et critiquent le processus de fictionnalisation à l’œuvre dans le traitement médiatique de l’événement, et en opèrent une ressaisie par la mise en œuvre de dispositifs singuliers.

7- « Poèmes ready-mades : poèmes sans genèse ? », version abrégée parue dans Travaux en cours, Université Paris 7 – Denis Diderot, UFR « L.A.C. », n°4, Avril 2009 ; version intégrale parue dans la revue Accedit, mars 2009

La question de la genèse poétique est ici envisagée à travers le cas problématique des « poèmes ready-mades », dont la principale caractéristique est de ne pas avoir été écrits par leur « auteur » et d’être constitués d’éléments non littéraires. En l’absence de toute trace écrite de maturation du « texte », où situer la genèse de ces poèmes ? Le poème ready-made nous montre, entre autres, que la genèse d’un poème ne saurait se confondre avec son écriture.

Site supprimé. Article intégral disponible sur HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00950772

8 – « La stylistique à l’épreuve du ready-made (à propos d’un poème de Julien Blaine) », Champs du signe n°27, Toulouse, Editions Universitaires du Sud, 2008, p.80-95 (repris dans G. Suzanne (dir.), Julien Blaine : la poésie à outrance, Dijon, Les Presses du réel, 2015)

Dans cet article, nous posons la question de savoir si les « poèmes ready-mades » sont justiciables d’une analyse stylistique, à travers l’étude d’un cas qui nous semble paradigmatique : le poème sans titre de Julien Blaine paru dans le numéro d’Action Poétique (n°158, printemps 2000) consacré à la poésie ready-made.

9 – « Parler l’ « interlangue » de mon siècle : la poesia visiva face aux mass-medias », revue TRANS- (Revue de Littérature générale et comparée, Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle), n°2 « Littérature et image », Juin 2006

http://trans.revues.org/157

Cet article envisage la manière dont la poesia visiva, mouvement apparu dans les années 1970 en Italie se donne pour but de résister à la massification aliénante en développant une poésie qui se réapproprie, par l’association du mot et de l’image dans le collage, le langage même des médias, sur le mode du détournement.

10 – « Dialogues du livre et de la performance dans la poésie élémentaire de Julien Blaine » (avec I.Maunet), in I. Chol ; J. Khalfa (dir.), Les espaces du livre : supports et acteurs de la création texte/image, Cambridge : Peter Lang, 2015, p.

La poésie de Julien Blaine se déploie d’abord dans le hic et nunc de la performance. Pourtant la question du livre pris dans sa matérialité tient une place centrale dans sa poétique. Le livre ne se pense pas, chez le poète, comme un aboutissement, mais bien en dialogue avec le geste performatif, comme une étape parmi d’autres au sein d’un processus qui le dépasse, medium parmi d’autres possibles d’une œuvre marquée par la circulation intermédiatique. Ce sont ces circulations qui sont ici envisagées, de manière à montrer comment elles contribuent à la fois à relativiser et à exhiber les propriétés spécifiques au medium livre, mais aussi à repenser la place du poète dans la production concrète de son œuvre imprimé.

11 – « L’écrit en performance : le devenir des supports d’écriture dans la poésie action et les lectures performées. », in B. Denker-Bercoff ; P. Schnyder (dir.), Poésie et scène contemporaine, Paris, Orizon, 2015, p.

C’est à un phénomène récurrent et spécifique à la poésie action et aux lectures performées que la présente contribution s’intéresse : la présence de l’écrit et de l’imprimé sur la scène. Après avoir circonscrit le champ couvert par ces deux expressions à l’aide de rappels historiques et théoriques, le propos interroge la manière dont, à la différence de la simple lecture, ces pratiques impliquent une mise en scène, et en action, des supports de l’écrit, selon différentes modalités.

12 – Gaeru Thevaru, « Jan-Furansowa Borî no shikakushi ni okeru katsuji korâju to hon no redi-meido » [Collage typographique & readymade livresque dans la poésie visuelle de Jean-François Bory], dans Mariannu Shimon-Oikawa (dir.), Shi to imêji – Mararume ikô no tekusuto to imêji [Poésie et image en France depuis Mallarmé], Tokyo, Suiseisha, 2015, p. 97-116

Bien que faisant un usage important des pratiques collage et ready-made, la poésie visuelle de Jean-François Bory se distingue, depuis le début des années 1960, en ce qu’elle ne puise pas dans le répertoire attendu : à l’iconographie de masse, aux objets utilitaires, aux énoncés quotidiens, se substitue un usage quasi exclusif de matériaux appartenant aux domaines de l’écriture et du livre. S’il sort en apparence, par sa pratique de « dés-écriture », de la littérature entendue au sens traditionnel, le poète y reste ainsi profondément ancré, continuant d’utiliser les outils communs à tous les écrivains, poètes, mais aussi éditeurs, déplaçant ainsi le travail du poète de l’écriture à la fabrication, et mettant en œuvre, par une utilisation détournée de ces outils, une méditation sur l’écriture et son médium privilégié, le livre.

13 – « L’écriture intersémiotique de Julien Blaine » [communication lors de la Journée d’étude Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité, 30-31 mars 2012, Université Toulouse 2 ­ Le Mirail] publié dans Gilles Suzanne (dir.), Julien Blaine : la poésie à outrance, Dijon, Les Presses du réel, 2015, p.279-293

La pluralité sémiotique est au cœur de la démarche de Julien Blaine et de sa conception de la poésie « élémentaire », c’est-à-dire d’une poésie qui soit capable d’accueillir en son sein n’importe quel signe, dont les 13427 Poëmes métaphysiques (1986) sont une illustration frappante. Se manifestant sous la forme de dispositifs iconotextuels en apparence classiques (l’image et sa légende), les PO.M en perturbent le fonctionnement, brouillant le partage sémiotique du texte et de l’image. Une circulation d’un autre ordre s’instaure alors, fondée sur la mise en relation des signes linguistiques, iconiques, et plastiques, que le lecteur, devenu actif dans la recherche du sens, est invité à décrypter. La « dés-écriture » à l’œuvre dévoile, in fine, une réflexion profonde sur l’écriture et ses origines iconiques, mise en relation avec la modernité technologique.

14 « Les matérialités à l’œuvre dans la poésie élémentaire de Julien Blaine », in: The Aesthetics of Matter: Modernism, the Avant-Garde and Material Exchange, ed. by David Ayers, Sascha Bru, Benedikt Hjartarson et al., Berlin: De Gruyter/Mouton, coll. « European Avant-Garde and Modernism Studies », 2013, p.302-318

Développée autour de la performance, la poésie de Blaine met d’abord en jeu la matérialité même du corps du poète, tout entier engagé dans le processus de constitution du sens. Le poète n’abandonne pourtant pas la production de poèmes destinés à la publication, et propose une poésie accueillant toutes les formes possibles de matériaux et de signes, de l’image photographique au pictogramme, en passant par l’objet trouvé, le ready-made, l’écriture manuscrite, les éléments plastiques. L’usage massif de l’offset autorise en effet une diversification des éléments reproductibles au sein de l’imprimé, liberté dont l’auteur s’est vite emparé pour conférer au poème une matérialité nouvelle. Comment ces pratiques et matériaux hétérogènes s’articulent-elles au sein de l’œuvre de Blaine ?.

15 – « Deux revues au carrefour des avant-gardes : OU-Cinquième saison, et L’Humidité », Jean Petithory éditeur, catalogue de l’exposition, Cambridge, Black Apollo Press, 2013, p.26-43

Dans cet article, nous montrons comment ces deux revues, dirigées entre 1964 et 1978 par deux poètes eux-mêmes représentatifs du courant expérimental, l’un de la « poésie sonore » (Henri Chopin), l’autre de «poésie visuelle» (Jean-François Bory), ont durablement marqué le champ artistique et poétique par leur caractère résolument interdisciplinaire, leur apport dans la diffusion des avant-gardes historiques, ainsi que par leurs dispositifs innovants.

16 – « Les livres en chair et en os de Julien Blaine », co-écrit avec I. Maunet, Livre/Poésie : une histoire en pratique(s), Paris, Calliopées, 2014 (repris dans G. Suzanne (dir.), Julien Blaine : la poésie à outrance, Dijon, Les Presses du réel, 2015)

Julien Blaine mène un travail voué en son principe à sortir du livre, privilégiant la mobilisation du corps au sein de la performance au figement imposé par un objet considéré comme inerte et mortifère. Force est pourtant de constater que le poète a produit et publié de très nombreux livres tout au long de son trajet poétique, selon des modalités qui témoignent d’un réel investissement du medium.

17 – « ”En 2001, à New York City” : le traitement de l’événement dans New York 2001 de Christophe Fiat », Littérature et événement, Paris, L’Harmattan, 2012, p.69-83

Les attentats du 11 Septembre 2001 ouvrent un paradigme nouveau, dans lequel l’événement est amené, par sa diffusion en direct, à se confondre entièrement avec sa mise en image, ce qui semblerait conduire à une paralysie du discours : comment représenter par les mots non pas l’irreprésentable, mais le sur-représenté ? Nous abordons cette question à travers l’exemple de l’ouvrage New York 2001 de Christophe Fiat, livre de poésie qui s’intéresse au traitement médiatique de l’événement. Plutôt que d’essayer d’en proposer une saisie immédiate, le poète interroge, à travers un geste de reprise et de remise en branle des discours qui ont accompagné l’événement au moment même où il se déroulait, le processus de fictionnalisation, d’éloignement du réel de l’événement dans le spectacle. Mais derrière la critique se profile également une tentative pour ressaisir l’événement dans sa singularité, en tant qu’il peut advenir dans et par la langue. A l’événement rendu inaccessible par sa spectacularisation, se voit opposée la possibilité d’un autre type événementiel, sur le mode d’une expérience corporelle rendue possible par le travail sur la langue.

18 – « Transferts intermédiatiques dans la poésie ready-made », in Nadja Cohen, Céline Pardo, Anne Reverseau (dir.), Poésie et médias au XXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2012, p.113-130

Dans cet article qui reprend une partie de notre travail de thèse, la relation entre poésie et médias est interrogée à travers les processus de transfert d’un medium à l’autre que présuppose le poème ready-made lorsqu’il est publié.

19 – «  Copeaux de langue : collage, cut-up et ready-mades poétiques », actes en ligne du colloque La création face à la langue de bois, Université Paul Valery – Montpellier III.

http://www.msh-m.fr/les-editions/edition-en-ligne/rusca/rusca-langues-litteratures/Colloque-2008-La-creation-face-a/Retournement/

Le rapport entre création et langue de bois est ici interrogé à travers des pratiques poétiques qui usent de cette langue comme matériau. La langue du politique, telle qu’elle est véhiculée par les médias, se voit alors taillée en copeaux puis remise en mouvement selon des procédures spécifiques. Plutôt que d’opposer une langue neuve à l’envahissement de notre espace linguistique par une « novlangue » aseptisée et policée, ces poètes prennent le parti de l’investir de l’intérieur pour la questionner et la critiquer. Le travail spécifiquement poétique de ces auteurs sans langue propre consiste alors à forger des dispositifs nouveaux dans lesquels cette langue est exposée et mise à nu.

20 – « De la poésie faite avec des moyens plastiques : le collage visuel d’Apollinaire à la poesia visiva », in J. Barreto, J. Cerman, et al. (dir.), Visible et lisible, confrontations et articulations du texte et de l’image, Paris, Nouveau monde éditions, 2007, coll. « CIES-Sorbonne », p.143-161

La possibilité et la pertinence de l’importation dans le domaine poétique du terme de « collage » sont ici interrogées, puis l’examen se porte sur le fonctionnement de collages qui, instaurant une hétérogénéité sémiotique dans le poème, en perturbent, selon diverses modalités dont on dresse une typologie, la lisibilité.

A paraître :

21 –  « Pour un poème-éponge , un poème-serpillère… ». Poétique des « bruits » dans la poésie sonore de Bernard Heidsieck », Actes du colloque Bruits  (Organisation : Institut ACTE – CNRS), ENS Louis Lumière, 5 décembre 2014 – à paraître dans la revue L’ Autre Musique en 2015

Inventeur de la « poésie sonore » au début des années 1950, Bernard Heidsieck use du magnétophone qui devient, à partir de 1961, grâce au microphone, moyen de prélever et d’exploiter, à l’aide du montage, un matériau sonore non verbal. Les poèmes d’Heidsieck s’ouvrent alors à de multiples « bruits », à l’instar de la musique concrète telle qu’elle se développe dans les mêmes années 1950. Le prélèvement direct des bruits permis par l’utilisation du microphone fait du poème, selon l’expression de Heidsieck, une « biopsie », ready-made ou collage sonore. Le « bruit », n’y a cependant pas le statut de simple « bruitage » à valeur illustrative mais devient composante à part entière du poème, au même titre que les énoncés verbaux qui le constituent. Outre la rupture paradigmatique instaurée par cette irruption dans le poème, c’est sur l’écriture des bruits dans la poésie de Heidsieck que cette communication propose de se pencher.

22 – « Ciseaux », notice pour le Petit musée de l’histoire littéraire (ouvrage dirigé par N. Cohen et A. Reverseau) à paraître en Belgique (Bruxelles – Les impressions nouvelles)

23 – « La poésie spatialisée dans les revues depuis 1960 : une approche matérielle », in B. Mathios, I. Chol, S. Linares (dir.),   Espace(s) du livre : espace(s) d’expérimentations poétiques (Programme Spatialisation des textes poétiques, ANR LEC), Paris, Champion, à paraître en 2015

Dans cet article sont recensées et étudiées les revues poétiques diffusant la poésie spatialisée depuis les années 1960 (de L’Ephémère à OU/Cinquième saison  et DOC(K)S, ALIRE etc.) en ce qu’elles constituent en elles-mêmes des objets à la matérialité singulière

24 – « Poèmes collages, poèmes ready-mades : transgression et exhibition de l’espace livresque », in B. Mathios, I. Chol, S. Linares (dir.), Espace(s) du livre : espace(s) d’expérimentations poétiques (Programme Spatialisation des textes poétiques, ANR LEC), Paris, Champion, à paraître en 2015

Les poèmes collages et ready-mades procèdent d’un acte de prélèvement puis de déplacement d’éléments usuels – énoncés, imprimés, images, objets – dans un espace nouveau. Issues des arts plastiques, ces pratiques impliquent, par l’action même de découpe, une relation d’ordre plastique au langage, mais aussi à la page et au livre qui deviennent supports à part entière. Par-là, ces œuvres entrainent une double transgression de l’espace livresque : à l’irruption  du « n’importe quoi » (J. Blaine) dans un espace réservé se conjugue la relativisation du caractère « allographique » (Goodman) de l’œuvre littéraire. Envisageant l’espace livresque dans chacune de ses facettes, nous montrons en quoi cette transgression participe également d’une exhibition de la spatialité du livre.

25 – « Du calligramme au dactylopoème – Jiri Kolàř, L’Enseigne de Gersaint, 1965 », Colloque Les nouvelles tendances de la création calligrammatique, 5-6 octobre 2012, Université de Nice, à paraître dans la revue Loxias en 2015

Désignant des poèmes créés à la machine à écrire, le dactylopoème se développe au cours des années 1960 dans les champs de la poésie concrète et visuelle. C’est à l’utilisation singulière qu’en fait Jiri Kolàř dans L’Enseigne de Gersaint que nous nous intéressons. Publié en 1965, le recueil empruntant son nom au tableau de Watteau se présente comme un petit musée personnel au sein duquel se croisent une trentaine de portraits de peintres réalisés en dactylogrammes à l’aide des lettres du nom de chacun d’entre eux, Kolàř y recréant les caractéristiques du style de chaque artiste. Se rapportant au genre de l’ekphrasis, ces poèmes s’y confrontent de manière toute paradoxale, interrogeant la matérialité de la lettre au regard de l’art moderne.

26 – « Le statut de l’écrit dans l’œuvre de Jiri Kolàř », Journée d’études Pourquoi écrire ? Comment écrire ?, 27 septembre 2012, Université Rennes 2, actes à paraître sous la direction de L. Corbel

Jíří Kolàř est un poète et plasticien tchèque, dont la production se scinde en deux moments, marqués par l’abandon progressif de l’écriture au profit de ce qu’il nomme une « poésie évidente », qui se passe des mots. Cessant toute production livresque à partir de 1965, il développe une œuvre déclinant différentes modalités de collages où se confrontent des fragments d’imprimés de toutes sortes, illisibles.  Ce trajet ne s’assimile pas à un geste de mise en congé de la poésie pour les arts plastiques, Kolàř ne cessant jamais de se désigner comme poète. Y a-t-il, dès lors, un sens à considérer ces écrits sous l’angle de l’« écrit d’artiste » ? Des poèmes de L’Enseigne de Gersaint, aux écrits où l’artiste fait retour sur son œuvre, en passant par les « poèmes évidents », c’est un processus de dissociation de l’écriture et du discours que nous entendons ici retracer, en interrogeant la manière dont toutes les formes d’écrit se côtoient, s’articulent ou se contredisent au sein de l’œuvre.

Communications sans actes 

  • « « Contre la POLICE des langages ». Les revues de poésie expérimentale au cours des années 1970 », colloque international Contre- attaque : les avant-gardes en revues (organisation : O. Penot-Lacassagne et P. Taminiaux – THALIM), Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, 26-27 Mai 2015.
  • « »L’écriture n’étant pas dans le résultat, mais dans les gestes qui l’ont précédé et suivi » (Julien Blaine) : Gestes d’écriture dans la poésie-action depuis les années 1960 », colloque Les gestes du poème  (organisation : T. Roger et C. Saillant – CeREdi), Université de Rouen, 9-10 avril 2015

La performance ou poésie action, à la différence de la simple « lecture de poésie » ne se résume pas à l’oralisation d’un texte préalablement écrit, le poème advenant dans le hic et nunc de la performance. Advenant sur scène par sa mise en action, le poème, dans les cas que nous envisagerons, a ceci de particulier qu’il se constitue dans son texte même dans le moment de la performance : par le déploiement d’un geste d’écriture corporelle, par des gestes de « dés-écriture » et de cut-up  instantanés, par des procédés d’impression ou d’empreinte. Ces exemples pris au sein d’un corpus couvrant le champ de la poésie performance depuis le début des années 1960 présentent autant de modalités d’écriture où le geste même devient partie intégrante du poème, au lieu d’être pensé dans une antériorité dont le poème serait l’aboutissement. Le poème s’ouvre alors au processus, allant souvent de pair avec l’aléatoire, achevant de brouiller les frontières entre l’œuvre et sa réalisation, texte et avant-texte, dans ce qui relève d’une certaine manière de  l’« action writing » (P. Garnier).

  • « Scénographies de l’écrit dans les performances poétiques de Bernard Heidsieck », colloque international  Performances poétiques (organisation : Jérôme Cabot – LLA Créatis), Centre Universitaire J.F. Champollion, Albi, 19 et 20 mars 2015  

Pionner de la « poésie sonore », Bernard Heidsieck entend, à partir du milieu des années 1950, « dégutembergriser » une poésie menacée d’étouffement par son medium dédié, perçu comme une facilité ou un carcan, au profit d’une poésie d’abord qualifiée de « sonore » en ce qu’elle use du nouveau moyen de production et de diffusion qu’est le magnétophone. Pourtant, si l’écrit n’est plus le medium dominant de cette poésie, il ne disparait pas pour autant. L’imprimé n’est plus l’espace de la poésie, mais devient partie de son espace. « Donner à voir le texte entendu » : c’est de cette proposition de Bernard Heidsieck que la présente communication se propose de partir afin d’étudier la manière dont l’écrit se met en scène au sein des lectures-performances du poète sonore, au titre de partition, mais également comme partie intégrante du dispositif intermédial que constitue alors chaque performance.

  • « Un objet paradoxal ? Concevoir une bibliothèque numérique sur le livre de création et de poésie » (avec Hélène Campaignolle-Catel et Sophie Lesiewicz), Colloque international Text/ures : l’objet lire du papier au numérique (organisation : Labex Arts-H2H, EA 1569, Paragraphe (EA349), Université Paris 8), Bibliothèque Nationale de France, 20 novembre 2014

Cette communication à trois voix se propose de présenter le projet en cours d’achèvement d’une bibliothèque numérique portant sur le « Livre de création » post-1870 (l’expression subsumant les livres d’artistes, livres de peintres, livres illustrés, livres-objets ou encore livres graphiques), issue de recherches effectuées dans le fonds de la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet dans le cadre du programme de recherche « Livres espace de création » (ANR LEC 2010-2014).  Conçu comme un espace de recréation et de métamorphose plastique, matérielle, textuelle, iconique, graphique, le livre de création constitue un enjeu de taille pour la conception d’une Bibliothèque numérique qui soit adaptée à la complexité et à la richesse de son objet.

  • « Le texte, le son, l’action : les ‘litanies du banal’ d’Anne-James Chaton » (avec A. C. Royère), Journée d’études Pratiques poétiques contemporaines : une approche interdisciplinaire – Poésie, musique et performance (organisation : Emma Wagstaff, Nina Parish), Université de Birmingham, 11 juillet 2014

Dans cette communication sont envisagés les rapports multiples qu’entretient la poésie sonore d’Anne-James Chaton avec la musique des scènes rock et électronique, tant dans ses pratiques d’écriture que dans leur actuation scénique. Après avoir replacé son travail dans l’histoire des relations entre poésie sonore et musique depuis les années 1960, nous envisageons la façon dont les collaborations du poète avec des musiciens pratiquant l’improvisation ont déplacé les modalités de la lecture solo du texte écrit qui, issu d’une « littérature pauvre » fondée sur l’archivage des traces imprimées de la vie quotidienne, devient matériau sonore dans un dispositif complexe faisant de l’actuation scénique un travail de réécriture qui doit beaucoup aux procédés de l’écriture musicale (samples ou échantillonnages, boucle…).

  • « Poésie : (action, directe, élémentaire, totale…) », communication pour la Journée d’étude Poésie & performance : enjeux historiques, théoriques et critiques, (organisation : Olivier Penot-Lacassagne, Gaëlle Théval), Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, 28 mars 2014

L’objet de cette communication porte sur une série d’épithètes auquel le nom de « poésie » s’est vu accolé à partir du début des années 1960, utilisées par les poètes eux-mêmes pour tenter de cerner la spécificité de leurs pratiques au moment de leur émergence : « poésie action », « poésie directe », « poésie élémentaire », ou « totale ». Que recouvrent ces appellations ? Pour répondre à cette question la recherche se concentre sur la double décennie 1960-1980 : plus précisément 1963, date à laquelle Heidsieck commence à utiliser le terme de « poésie action », et 1979, date de la fondation par Jean-Jacques Lebel du festival Polyphonix, moment mise en lumière et en cohérence de ces pratiques diverses.  En convoquant de façon privilégiée les écrits d’époque, il s’agira de croiser les discours tenus par les poètes sur leurs propres pratiques, qu’ils sont longtemps les seuls à théoriser. Le propos sera centré sur trois figures majeures, Bernard Heidsieck, Jean-Jacques Lebel et Julien Blaine.

  • « Quand ça fait désordre : le poème ready-made est-il vecteur d’entropie ? », communication au séminaire des doctorants de l’ED 131, « Chaos, mouvement, entropie », Université Paris Diderot – Paris 7, 25 avril 2013
  • « Hypervisibilité et illisibilité dans l’écriture « logosonoscopique » de Jacques Sivan », colloque Lex-ICON : traiter le texte comme image / traiter l’image comme texte, (organisation : J. K. Dick, O. Delvaux), Université de Haute-Alsace, 7-9 juin 2012

Jacques Sivan pense ses ouvrages comme des interfaces où viennent se confronter la multiplicité des codes du monde, dans leur hétérogénéité sémiotique, faisant du livre un espace d’accueil et de transformation de codes : un dispositif. Lieu de télescopages, d’agencements provisoires, la page, notamment dans Similijake (2006) se présente comme une surface hétérogène, selon une logique de montage, donnant lieu à un parasitage des discours émis par les médias de masse, auquel s’associe un travail de détournement des codes visuels mêmes dans lesquels ces discours s’énoncent. Il s’agit d’étudier les modalités de ce parasitage, qui joue sur la mise en tension d’une hypervisibilité, celle de la publicité, de la communication visuelle fondée sur le graphisme de la lettre, et d’un travail sur l’illisibilité, qui vient en perturber l’efficace.

  • « « Ce sont les regardeurs qui font les tableaux » (Duchamp)… et les lecteurs le poème ? La place de l’acte interprétatif dans le poème ready-made », colloque L’acte interprétatif et les œuvres littéraires, théâtrales, cinématographiques, etc., Université Lyon 3, 6-7 avril 2012

Si, pour Duchamp, « ce sont les regardeurs qui font les tableaux », alors l’acte interprétatif acquiert une place centrale dans la constitution même de l’œuvre d’art, que le Ready-made, par l’apparente suppression du premier pôle qu’il opère, tend à exhiber. Cet article montre en quoi le poème ready-made amène à son tour à réévaluer la place et la nature de l’acte interprétatif tant sur le plan de la réception que sur celui de la création, les deux pôles tendant in fine à se confondre. Le poème ready-made, à l’instar de l’œuvre littéraire telle que la définit W. Iser dans L’Acte de lecture, n’est pas un texte mais un lieu de rencontre, un dispositif où le lecteur « ajoute sa propre contribution à l’acte créatif » (Duchamp).

Communication disponible sur HAL-SHS 

  • « La poésie ready-made, une poésie conceptuelle ? », Idées à contempler : Les pratiques conceptuelles dans l’art et la littérature, colloque organisé par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire et ERIC LINT, Université du Québec à Montréal, 27-28 octobre 2011.

Le Ready-made de Marcel Duchamp est une source majeure de l’art conceptuel des années 1960, du fait de la dématérialisation de l’œuvre à laquelle il conduit, faisant intervenir le langage, et devant amener, par sa réflexivité, à une interrogation sur la définition même de l’art en relation avec ses médiations institutionnelles. Dans quelle mesure la « poésie ready-made », qui se développe notamment au cours des années 1960-1970 peut-elle être qualifiée de « conceptuelle » ? A l’instar de l’art conceptuel, cette poésie mène à un questionnement réflexif, selon des modalités qui sont cependant propres au statut prétendument « allographique » (Nelson Goodman) de cet art. En effet lorsque l’art conceptuel conduit, dans le domaine plastique, à une dématérialisation de l’œuvre, la poésie ready-made invite au contraire à la prise en considération des propriétés matérielles du poème.

Communication disponible sur HAL 

  • « ”A un certain porte-bouteilles”, le dispositif visuel dans le Bazar de l’Hôtel de Ville de Jacques Sivan », Iconique et scriptural : confrontation entre monde francophone et anglophone, journée d’étude LARCA ET CEEI, Université Paris Diderot – Paris7, UFR d’Etudes anglophones, 4 Mai 2007.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *