Journée d’étude : Ecriture manuscrite et dactylographiée dans le livre d’artiste

La journée d’étude consacrée à l' »écriture manuscrite et dactylographiée dans le livre d’artiste », organisée par Hélène Campaignolle-Catel, Karine Bouchy et Melina Balcazar dans le cadre du programme LivrEsC, se tiendra le vendredi 22 septembre à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris, de 10h30 à 17h30.

J’y parlerai des écritures dactylographiées et manuscrites dans l’oeuvre de Bernard Heidsieck en compagnie de Guilhem Fabre et Martial Lengellé lors d’une table ronde.

 

Parution : Performances poétiques

Le volume Performances poétiques, sous la direction de Jérôme Cabot, paraît aux Editions Nouvelles Cécile Default avec une préface de Michel Murat (260 pages, 14 x 21 cm, avec 14 photographies noir & blanc d’Ariane Ruebrecht).

J’y contribue avec un article intitulé « Poésie : (action, directe, élémentaire, totale…) »

Pour en savoir plus, voir le site de l’éditeur

Pour consulter le sommaire c’est ici 

Parution : Les Gestes du poème

Les actes du colloque Les Gestes du poème, organisé à l’Université de Rouen en avril 2015 par C. Andriot-Saillant et T. Roger, sont disponibles dans les Publications numériques du CEREdI (ISSN1775-4054) n°17, 2016.

Pour lire les actes du colloque

J’y contribue avec un article intitulé «Gestes d’écriture et écritures du geste dans la poésie-action depuis les années 1960 »

Pour lire la contribution 

 

Afficher l'image d'origine

Julien Blaine, « Breuvage épandu », 1966

Journée d’études : « Poésie et performance », Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

La journée d’étude « Poésie et performance » se tiendra le 28 mars 2014 à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (13, rue de Santeuil, 75005 Paris), en salle 410

Voir l’Affiche

Responsables : Olivier Penot-Lacassagne ; Gaëlle Théval

Argument

Qu’est-ce que la  « poésie performance » ?  Comment la définir ? Quels éléments spécifiques fait-elle apparaître ? Comment la délimiter ?

Quelque peu négligée par la critique, la poésie performance est un champ difficile à circonscrire. Les relations étroites qu’elle entretient avec les autres arts performatifs, les rapports de contiguïté qu’elle connaît avec la « poésie orale » (Zumthor) ne facilitent guère son identification. Il importera par conséquent d’en dégager les éléments distinctifs. En quoi la performance poétique, sans en être indépendante, se différencie-t-elle des performances dramatique, plastique ou chorégraphique ? Quel(s) usage(s) de l’espace, du temps, du corps, de la voix, des techniques et des technologies demande-t-elle ou invente-t-elle ?

De même, il importera de la distinguer du champ de l’oralité poétique, étant entendu qu’elle déborde largement la simple mise en voix. Un des enjeux de cette réflexion sera ainsi de définir, sans jamais le figer, l’espace propre de la poésie performée, de reconsidérer dès lors les différents vocables employés par les poètes pour la désigner : « poésie directe » (Jean- Jacques Lebel), « poésie action » (Bernard Heidsieck) ; « poésie en chair & en os » (Julien Blaine) ; « poésie d’action » (Robert Filliou, Serge Pey)…

Cette singularisation de la performance poétique s’appuie sur une histoire qui, certes, relève de l’histoire générale de la performance, mais qui suit aussi un cours qui lui est propre. Dans cette double perspective, l’étude des grands précurseurs, mouvements ou figures (futurisme, dadaïsme, ultra-lettrisme, poésie sonore…), s’impose. Depuis longtemps, les poètes oralisent leur poésie. Cette oralisation rompt avec la lecture silencieuse, solitaire, du poème. Les performances avant-gardistes sont historiquement déterminantes. Les bouleversements qu’elles apportent permettent de mieux appréhender aujourd’hui la notion de poésie performance. Mais on ne peut négliger dans son élucidation critique l’importance des transferts culturels, en particulier l’influence, à partir des années 1960, de la poésie américaine et de la pratique anglo-saxonne de la parole performée sur les poètes français.

Interroger, au-delà des cloisonnements disciplinaires, l’évolution des pratiques de la performance poétique, leur historicité, leurs formes (propres ou hybrides), leurs dispositifs (sonores, visuels, numériques), leurs contenus, leurs sens par rapport à la culture d’aujourd’hui : tel est l’objet de cette première journée d’études dont les attendus sont à la fois historiques, théoriques et critiques.

Programme 

9h45 : Olivier Penot-Lacassagne : ouverture de la Journée

Matinée

10h00 : Laurent Prost (Université Paris Ouest Nanterre) : Dada, une critique de la poésie : mots, gestes et rythmes au Cabaret Voltaire

10h30 : Olivier Penot-Lacassagne (Université Sorbonne Nouvelle) : Antonin Artaud : le corps, la voix

11h00 : Serge Martin (Université Sorbonne Nouvelle) : Ghérasim Luca, un nœud critique pour la poésie performance

11h30 : Cristina de Simone (Université Paris Ouest Nanterre) : La lecture performance chez Isidore Isou et François Dufrêne

 

Après-midi

14h00 : Laurence Corbel (Université Rennes II) : « Try it yourself » : la poésie d’action de Robert Filliou

14h30 : David Christoffel (Université Paris I) : Poésie = Performance. Une théorie poétique de la performance à partir du Pneu de Tarkos.

15h00 : Gaëlle Théval (Université Sorbonne Nouvelle) : Poésie : (action / directe / élémentaire / totale…)

15h45 : Juliette Drigny (Université Paris Sorbonne): Que faire de la voix ? Performances vocales et enregistrements autour de l’avant-garde théorique des années 1970 : Denis Roche, Pierre Guyotat, Christian Prigent

16h15 : Anne Christine Royère (Université de Reims) : Poésie et performance à l’épreuve de la lecture publique dans les années 1980