Parution : La Poésie mo(t)léculaire de Jacques Sivan

Le volume La Poésie mo(t)léculaire de Jacques Sivan paraît aux éditions Al Dante. J’y contribue avec un article intitulé « Sivan/Duchamp ». 

Pour en savoir plus et connaître le sommaire, rendez-vous sur le site de l’éditeur

L’ouvrage sera présenté au Marché de la Poésie les 9 et 10 juin 2017, sur le stand des éditions Al Dante

Parution : LiVres de pOésie, Jeux d’eSpaces

L’ouvrage LiVres de pOésie, Jeux d’eSpaces,  issu du programme ANR « Le livre : espace de création » (LEC), dirigé par Isabelle Chol, Serge Linarès et Bénédicte Mathios, est paru aux éditions Honoré Champion.

J’y contribue avec deux articles, « Les revues de ne sont pas des livres : la revue comme espace de création (1960-2000) »  et « Poèmes collages, poèmes ready-made : transgression et exhibition de l’espace livresque ».

Voir la table des matières 

Commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur

LIVRES DE POESIE JEUX D'ESPACE

Journées d’études : « Les poètes et la publicité »

Les deux journées d’études sur « Les poètes et la publicité », organisées à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle dans le cadre de l’ANR LITTéPUB par Marie-Paule Berranger et Laurence Guellec, avec l’appui de Gaëlle Théval pour la coordination, se sont tenues les 15 et 16 janvier, salle Las Vergnas.

Voir le programme complet 

J’y ai proposé une communication intitulée « Poésie = Publicité : la publicité comme contre-modèle dans la poésie visuelle depuis 1950″, dont voici le résumé :

Cette communication se propose d’aborder les relations de la poésie « visuelle » à la publicité dans la seconde moitié du XXe siècle. Nous verrons comment l’émulation joyeuse (« rivalise donc, poète, avec les étiquettes des parfumeurs », enjoint Apollinaire) et les élans enthousiastes allant jusqu’à poser l’équivalence « Publicité = poésie » (Cendrars) laissent place, au cours des années 1950, à une posture plus critique, qui ne rompt cependant pas avec les expérimentations visuelles de la première moitié du siècle, mais en revendique et infléchit l’héritage et la portée. Des métagraphies lettristes aux « ultra-lettres », puis, à partir des années 1960, de la poésie concrète et spatialiste, jusqu’aux propositions contemporaines, les expériences de poésie visuelle auxquelles nous nous intéresserons empruntent leur langage graphique à la publicité, pour mieux le détourner, le subvertir, finissant par ériger la publicité en véritable contre-modèle, et laissant apparaître une équation toute autre : « Poésie = publicité ». Sans négliger les divergences esthétiques, nous nous proposons de dégager quelques traits communs dans les stratégies mises en place par ces poésies pour travailler avec et contre le langage publicitaire.