Scénographies de l’écrit dans les performances poétiques de Bernard Heidsieck – Colloque “Performances poétiques”, Albi, 19-20 mars 2015

Le colloque “Performances poétiques”, organisé par Jérôme Cabot, aura lieu à Albi les 19 et 20 mars 2015.

En voici le programme complet

J’y présenterai une communication intitulée Scénographies de l’écrit dans les performances poétiques de Bernard Heidsieck“.

En voici le résumé :

Pionner de la « poésie sonore », Bernard Heidsieck entend, à partir du milieu des années 1950, « dégutembergriser » une poésie menacée d’étouffement par son medium dédié, perçu comme une facilité ou un carcan, au profit d’une poésie d’abord qualifiée de « sonore » en ce qu’elle use du nouveau moyen de production et de diffusion qu’est le magnétophone. Pourtant, cette sortie du livre ne s’accompagne pas systématiquement d’une sortie de l’écrit[1] :

« Ce qui prime, c’est moins la voix […] que le contrôle strict qu’a le Lecteur de ses attitudes, de son comportement, de ses gestes – tout compte : aussi bien la position de ses pieds que la façon de tenir son papier ou de tourner les pages – et que la pulsion qu’il inocule au texte. »[2]

« Tenir son papier », « tourner les pages » : si l’écrit n’est plus le medium dominant de cette poésie, il ne disparait pas pour autant. Ainsi pour Jean-Pierre Bobillot dans la poésie action, la référence est souvent « polémique » au livre, « visuellement supplanté par la partition (…) imprimée, dactylographiée, manuscrite », et la page « rétrograde au statut de composante »[3]. L’imprimé n’est plus l’espace de la poésie, mais devient partie de son espace :

« Ce que je cherche toujours, c’est d’offrir la possibilité à l’auditeur/spectateur de trouver un point de focalisation et de fixation visuelle. Cela me parait essentiel. Sans aller jusqu’au happening loin de là, je propose toujours un minimum d’action pour que le texte se présente comme une chose vivante et immédiate et prenne une texture quasiment physique. Il ne s’agit donc pas de lecture à proprement parler, mais de donner à voir le texte entendu. »

« Donner à voir le texte entendu » : c’est de cette proposition de Bernard Heidsieck que la présente communication se propose de partir afin d’étudier la manière dont l’écrit se met en scène au sein des lectures-performances du poète sonore. Substituant, à partir de 1963, l’expression de « poésie action » à celle de « poésie sonore » pour désigner sa propre pratique, Heidsieck met ainsi l’accent sur l’aspect visuel du poème, qui s’incarne à la fois dans le corps concrètement présent du poète lui-même mais également, toujours, dans l’écrit, présent non seulement au titre de partition, mais également comme partie intégrante du dispositif intermédial que constitue alors chaque performance. Ainsi dans Vaduz (1974) l’interminable liste des ethnies de la planète situées « autour de Vaduz » s’inscrit-elle sur ce que Heidsieck nomme un « papyrus », que le poète, debout, parfois juché sur un tabouret, déroule à mesure de la lecture : l’impact visuel lié à la mise en scène de l’imprimé est ici majeur. Parmi d’autres exemples possibles, Démocatrie II (1979) présente une autre modalité de mise en scène de l’écrit, décrit par le poète dans ses notes : « Il est capital que cette « lecture » manifeste physiquement, visuellement donc, la précarité de cette course de haie […] le nom de chaque président figure sur un petit morceau de papier, qu’après lecture, je disperse ou laisse choir dans la salle […] ou me frayant un chemin à travers le public lui-même […]. Ainsi le « texte » se trouve-t-il pratiquer un mini-bain de public, se collant à lui, s’y fondant, la Démocratie étant l’affaire de tous et surtout de chacun »[4]. La mise en scène du texte participe pleinement à la constitution du sens même du poème.

S’intéresser à ces utilisations c’est aussi tenter de montrer comment, par leur mise en action, les supports traditionnels de l’écrit acquièrent une seconde matérialité : sur scène, l’écrit est un corps qui est, à l’instar du poète, « en performance », et engage, à son tour, des postures et des gestes qui, ensemble, impriment leur image au poème au point de ne pouvoir en être dissociés.

Prenant appui sur un corpus d’archives vidéo et photographique, ou encore sur des récits d’actions par des tiers ou des projets récapitulés dans les différentes notes produites par le poète lui-même, nous envisagerons cette question dans l’ensemble de la production de Bernard Heidsieck, depuis 1963.

 

 


[1] Ce qui est en revanche le cas chez Henri Chopin à la même époque

[2] Bernard Heidsieck, « Voix ! voie ? » (1992), Op. cit., p.312

[3] Jean-Pierre Bobillot, « Poésie & Medium »,  DOC(K)S « Théorie », Série 4, n° 1/2/3/4, 2006, p.106-119

[4] « Démocratie I et II – passe-partout 26 et 27 », in Démocratie II, Romainville, Al Dante, 2004, n.p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.