[Parution] “L’éphémère, l’expérimental et le canon : que faire de la poésie en performance?”

L’ouvrage collectif Le Poète et le joueur de quilles. Enquête sur la construction de la valeur de la poésie (XIVe-XXIe siècle), sous la direction de Olivier Gallet, Adeline Lionetto, Stéphanie Loubère, Laure Michel et Thierry Roger, vient de paraître aux éditions PURH. 

 

Voir le sommaire

J’y propose une contribution intitulée “L’éphémère, l’expérimental et le canon : que faire de la poésie en performance?”, dont voici le début : 

Introduction : le point aveugle et le non canonisable

Un point aveugle : c’est la manière dont pourrait désigner le corpus pourtant important et déjà ancien, qu’est celui de la poésie en performance : poésie sonore, poésie action, poésie performance, développées comme telles au milieu des années 1950 et poursuivies depuis, ne semblent en effet faire partie ni de l’histoire littéraire telle qu’écrite jusque-là, ni des enseignements de la littérature : comme si les expérimentation dadaïstes et modernistes, qui, elles, ont fini par être intégrées à ces histoires, étaient restées dans suite, comme si cette néo-avant-garde n’existait pour ainsi dire pas, ou dans une niche si petite et si marginale qu’elle serait condamnée à rester en dehors de tout canon littéraire. Pourtant, cette histoire de la poésie hors du livre a continué de s’écrire, essentiellement par ses propres acteurs[1] : tout se passe comme si elle avait en quelque sorte échappé au champ de la littérature, continué dans un sillage parallèle au point de devenir ce point aveugle que l’on ressent alors, au regard des pratiques poétiques contemporaines qui se déploient massivement hors du livre, comme une lacune. Ces poésies ne font en somme pas partie du canon, de cette liste d’auteurs et d’œuvres de référence, reconnus, dont l’évaluation est tenue pour acquise. De cette liste consacrée, sanctifiée, compilation d’œuvres littéraires considérées comme normatives, hors du temps, et « représentatives d’une excellence artistique[2]. »

Les raisons de cette non canonisation ou de cette non patrimonialisation semblent évidentes : relevant de l’éphémère d’une part, de l’expérimental et de la marge d’autre part, ces œuvres semblent tout bonnement non canonisables. Qu’est-ce en effet que la poésie en performance ? Sans entrer dans des considérations esthétiques ou formelles qui embrasseraient une diversité trop importante de pratiques, ni délimiter un genre, elles peuvent être saisies d’un point de vue pragmatique. Selon Nelson Goodman « la réalisation consiste à produire une œuvre, l’implémentation consiste à la faire fonctionner[3] », par le moyen de la publication, l’exposition, ou encore la production devant un public. Dans les arts d’exécution (performing arts), les processus de réalisation et d’implémentation sont entrelacés. Si la littérature dans sa diffusion traditionnelle disjoint la réalisation de l’implémentation, au sens où par exemple un roman est achevé au moment où l’écriture de son texte est terminée, puis implémenté par sa publication livresque, il n’en va pas de même dans ces poésies, où le poème n’est achevé que lorsqu’il est performé, sa performance faisant donc partie de sa réalisation. Si la performance désigne un type d’œuvre qui a lieu dans un ici et maintenant, qui advient dans son événementialité, la poésie en performance relève de l’éphémère. On rejoint alors des problématiques communes à toutes les littératures orales et leur non moins problématique canonisation : comment l’œuvre éphémère peut-elle entrer dans la « liste des œuvres persistantes[4] » ?

[1] Depuis ses débuts la poésie action s’accompagne d’une abondante production théorique et historique. Voir notamment : Henri Chopin, Poésie sonore internationale, Jean-Michel Place, 1979 ; Bernard Heidsieck, Notes convergentes – Interventions 1961-1995, Romainville, Al Dante, 2001 ; Pierre Garnier, Spatialisme et poésie concrète, Gallimard, 1968 ; Adriano Spatola, Vers la poésie totale (trad. Philippe Castellin) (1969), Via Valeriano/bis, 1993 ; puis, plus tard, Philippe Castellin, DOC(K)S mode d’emploi, Al Dante/Leo Scheer, 2002 ; Jacques Donguy, Poésie expérimentale : zone numérique, Dijon, Les Presses du Réel, 2007 

[2] Alexandra Seammer, « Faut-il canoniser la littérature numérique ? », in L’Auteur en réseau, les réseaux de l’auteur, Oriane Desseilligny et Sylvie Ducas, Presses Universitaires de Paris Ouest, p. 33

[3] Nelson Goodman, L’art en théorie et en action, L’Eclat, 1996, p. 55

[4] Jean-Jacques Lecercle, « Leçon du canon », Revue française d’études américaines 2006/4 (n° 110), p. 31

 



Citer ce billet
Gaëlle Théval (2023, 22 juin). [Parution] “L’éphémère, l’expérimental et le canon : que faire de la poésie en performance?” Poésies expérimentales, XX-XXI. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://poesieexp.hypotheses.org/1096

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search