[Colloque] Ecritures collaboratives et auctorialité partagée

Le colloque transversal du CÉRÉdI, “Ecritures collectives et auctorialité partagée” organisé par Olivier Belin, Sylvain Ledda et Laurence Macé, se tiendra à l’Université de Rouen – Campus Mont Saint-Aignan les mardi 26 et mercredi 27 septembre 2023

Voir le programme 

 

 

J’y propose une

communication intitulée : « Joyeux bordels et poétiques de la situation. Les performances collectives de Boxon et l’Armée Noire », dont voici un résumé : 

Qui est l’auteur d’une performance poétique ? Parfois identifiée à la lecture publique, voire à toute pratique de médiatisation de l’écrivain, elle semble signer l’avènement de la figure de l’Auteur, dont la parole se voit alors incarnée dans un corps, et une voix : « ceci est mon corps », sous-titrait en 2018 un colloque consacré à « l’écrivain en performance[1] ». Cependant, envisagée comme performance, elle relève, comme l’a montré Paul Zumthor, d’un expérience éminemment et intrinsèquement collective, œuvre qui ne se résout pas dans son texte, et dont l’auditeur « fait partie[2] » en devenant, par-là, co-auteur. Qu’en est-il lorsque le performer lui-même devient pluriel ? Que devient l’auctorialité lorsque la performance se fait praxis collective ? La présente communication se proposer d’envisager deux modalités de collaborations dans la performance ou poésie action, à travers les expériences de deux collectifs, BoXoN d’une part, l’Armée noire d’autre part.

Le collectif BoXon, créé autour de Gilles Cabut et Julien d’Abrigeon en 1997, relie des auteurs distincts, publiés en leurs noms dans la revue éponyme ainsi que dans des publications propres. Mais, à la différence de la revue qui réunit la « bande[3] » dans une relation de « compagnonnage[4] », les performances « BoXoN » se construisent avec le temps comme des œuvres autonomes et à part entière, écrites collectivement, au cours desquelles les identités discursives et attributions se brouillent : « Durant nos lectures, la multiplication des lecteur.trices rend l’auteur.trice difficilement identifiable[5]. » Souvent couplée à l’usage du collage et du ready-made, cette pratique de lecture polyphonique, outre qu’elle vise à dissoudre l’ « l’ego du poète », se module en fonction des situations, s’improvisant au dernier moment, s’ajustant à des lieux, des publics, des contextes différents. Emmenée par Charles Pennequin depuis 2007, l’Armée noire est un collectif à l’existence plus ponctuelle, qui réunit également des auteurs par ailleurs autonomes (Quentin Faucompré, Antoine Boute, Stéphane Nowak, Cécile Richard, Edith Azam…), mais dont les contours se modifient à chaque nouvelle manifestation, en fonction de ce qui s’y produit in situ : l’armée noire implique en effet non seulement des auteurs, mais aussi les premiers venus, participants ponctuels et anonymes d’une action qui se déroule souvent dans des espaces publics, à tout le moins ouverts. Luttant contre la séparation « entre la culture des élites et celles des milieux populaires[6] », l’Armée noire, dont le nom provient d’une expression du cambraisi désignant les gens louches, chapardeurs « qui s’lavent pas » entend proposer des moments de création partagée, dans une dynamique que l’on pourrait rapprocher de l’ « art contextuel[7] » identifié par Paul Ardenne, ou de l’ « esthétique relationnelle[8] » de Nicolas Bourriaud.

S’élaborant et se produisant selon des modalités différentes, les collectifs ont en partage un paradigme, que nous entendons également interroger : ils s’envisagent comme de « joyeux bordels[9] ». Empruntant parfois au répertoires de l’action collective contestataire, les actions menées par l’Armée noire défont ainsi toute hiérarchie et viennent semer le trouble : barrage filtrant et barbecue assortis de distribution de tracts aux ronds-points (« Bienvenue dans le bouchon », Nantes, 2011), manifestations dans le métro (Lille, 2012) et poèmes gueulés au porte-voix sur le toit d’une voiture, dont les arrêts aux quatre coins de la ville permettent de donner le micro à qui souhaite lire à son tour (« Poésie vroum-vroum », Nantes, 2018), lectures dans le brouhaha d’un bar, écritures collectives improvisées sur les murs, les sols (Nantes, 2011), sur le corps allongé du poète muet (« Armée noire au despé, 2012) ou encore production de gazettes et fanzines créés in situ avec ceux qui passent et qui veulent, distribués aussitôt qu’imprimés à la photocopieuse, et déposés dans des supermarchés, bientôt rassemblées dans deux volumes. Ces logiques d’actions et de perturbations d’un ordre social et institutionnel sont aussi à l’œuvre chez BoXoN, qui « se plaît à transgresser régulièrement les barrières catégorielles de tous ordres[10]. »

Nous analyserons la manière dont, dans ces deux exemples marqués par l’héritage situationniste, Fluxus, artiviste post-1968 et punk, la « fonction-auteur » se dilue  non seulement dans le collectif, mais dans l’intervention, faisant du désordre et du débordement les paradigmes d’un être ensemble dans le flux « qui submerge jusqu’à saper les fondements mêmes de l’individualité subjective ». Fabriques de communs instables, la performance se fait alors forme de vie, instaurant une « poétique de la situation[11] »

[1] Catherine Soulier , Marie-Eve Thérenty et Galia Yanoshevsky , « Introduction », Fabula / Les colloques, Écrivains en performances, URL : http://www.fabula.org/colloques/document6435.php, page consultée le 16 mars 2023.

[2] Paul Zumthor, Introduction à la poésie orale, Paris, Seuil, 1983, p. 229.

[3] BoXoN, « La poésie par la bande », Po&sie, 2022/1-2 (N° 179-180), p. 139-148. DOI : 10.3917/poesi.179.0139. URL : https://www-cairn-info.ezproxy.normandie-univ.fr/revue-poesie-2022-1-page-139.htm

[4] Olivier Belin, La Poésie faite par tous. Une utopie en questions, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2022, p. 198.

[5] BoXoN, art. cit.

[6] Laurent Cauwet cité par Stéphane Nowak, thèse de doctorat « Sortir du livre ; les éditions Al Dante », sous la direction d’Erci Dayre, et Jean-Pierre Bobillot, ENS Lyon, 2018. Voir également  la table ronde « Un joyeux bordel de création permanente », dans Anne-Christine Royère et Gaëlle Théval (dir.),  Charles Pennequin : poésie tapage, Fabula / Les Colloques, 2021.   URL : http://www.fabula.org/colloques/document7804.php, page consultée le 17 mars 2023.

[7] Paul Ardenne ? David Ruffel en propose une transposition dans la notion de « littérature contextuelle »

[8] Nicolas Bourriaud, Esthétique relationnelle, Dijon, Les Presses du réel, 1998.

[9] Charles Pennequin parle de « joyeux bordel de création permamente » à propos de l’Armée noire, lorsque BoXoN fait du désordre son essence même.

[10] Cyrille Bret, « Lyon 1997 BoXoN poésies actuelles, expériences, débordements : julien d’Abrigeon, Thomas Braichet, Cyrille Bret, Gilles Cabut, Gilles Dumoulin, Georges Hassomeris, Christel Hugonnaud, Jean-Luc Michel, Sophie Nivet et Cosima Weiter. » Inter (99), 2008,  p. 47.

[11] BoXoN, art. cit.

 



 



Citer ce billet
Gaëlle Théval (2023, 20 septembre). [Colloque] Ecritures collaboratives et auctorialité partagée. Poésies expérimentales, XX-XXI. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxik

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search