Gestes d’écriture dans la poésie action depuis 1960 – Colloque « Les gestes du poème », Rouen

Le colloque « Les gestes du poème », organisé par Caroline Andriot-Saillant et Thierry Roger (CEREDI) aura lieu à l’Université de Rouen les 9 et 10 avril 2015.

Voir le programme complet

J’y présenterai une communication sur « les gestes d’écriture dans la poésie action depuis 1960 »

En voici le résumé :

Cette communication s’inscrit dans un cadre de recherche plus large qui entend envisager la permanence de l’écrit au sein de la « poésie performance » ou « poésie action » depuis les années 1960. Après avoir interrogé les modalités de présence et de déploiement de l’écrit-imprimé sur la scène, dans différentes mises en scènes de l’acte de lecture , c’est à l’écriture que nous entendons nous intéresser au sein de ce travail, telle qu’elle se manifeste sur scène. La performance ou poésie action, à la différence de la simple « lecture de poésie » ne se résume en effet pas à l’oralisation d’un texte préalablement écrit, le poème advenant dans le hic et nunc de la performance, « visuel, palpable, audible », comme le précise Bernard Heidsieck , pour qui la « poésie action » se caractérise par l’implication corporelle du poète et lorsque le texte, « au-delà du fait d’être entendu », devient « concrètement visuel » :
« Ainsi retransmis, poèmes et textes deviennent plus que ce qu’ils sont d’ordinaire. Ils sont eux-mêmes, bien sûr, des mots, un cri, du son, un souffle, du sens, mais ils sont en outre, l’image qu’ils offrent d’eux-mêmes, qu’ils adjoignent, qui finit par leur coller à la peau, et qui n’est autre que celle que leur « imprime » – par son comportement, sa façon d’être, ses gestes, sa voix, sa tension, son corps – le poète lui-même. Le poème devient alors « ça+ça ». Un tout indissociable.»
Advenant sur scène par sa mise en action, le poème, dans les cas que nous envisagerons, a ceci de particulier qu’il se constitue dans son texte même dans le moment de la performance : par le déploiement d’un geste d’écriture corporelle (« Ch’i » de Julien Blaine, ou « Ecfruiture », performance au cours de laquelle le poète écrit littéralement avec ses pieds, écrasant des fruits à terre après avoir proféré leur nom), par des gestes de « dés-écriture » et de cut-up instantanés (Julien Blaine, encore, réalisant un « livre » au cours de la performance « Quant à l’échec du livre / Quant au livre de l’échec » (1967), à partir de fragments de journaux découpés puis agrafés et cousus ensemble, avant d’être oralisés ; Bartolomé Ferrando, qui, vêtu d’un veston en papier imprimé, en découpe des morceaux dont il lit le contenu dans « Lambeaux » (2005) ; ou encore Anne-James Chaton, qui dans « Le Journaliste » (2009), prend pour support premier le journal du jour, en lit et enregistre des fragments au micro pour ensuite opérer, en live, un travail de cut-up sonore) ; par des procédés d’impression ou d’empreinte (Julien Blaine, dans « La Pythie claustrophobe », jette à terre des lettres plastique avant de les recouvrir de peinture à la bombe pour en conserver l’empreinte qui sera, ensuite, oralisée, dans un réinvestissement des écritures premières).
Ces exemples pris parmi d’autres au sein d’un corpus couvrant le champ de la poésie performance depuis le début des années 1960 présentent autant de modalités d’écriture où le geste même devient partie intégrante du poème, au lieu d’être pensé dans une antériorité dont le poème serait l’aboutissement. Le poème s’ouvre alors au processus, allant souvent de pair avec l’aléatoire, achevant de brouiller les frontières entre l’œuvre et sa réalisation, texte et avant-texte, dans ce qui relève d’une certaine manière de l’« action writing », selon la formule que Pierre et Ilse Garnier utilisent en 1964 pour désigner les Poèmes mécaniques, issus de « gesticulations » sur le clavier de la machine à écrire dont le poème n’est que la trace. Décliné au pluriel, le geste d’écriture ne saurait ainsi se limiter au tracé de la main : il se fait aussi découpage, écrasement, déchirure, dactylographie, ou empreinte, amenant à réenvisager la notion même d’écriture : « L’écriture n’étant pas le résultat, mais les gestes qui l’ont précédé et suivi » (Julien Blaine, « Breuvages épandus », 1968).

ecfruiture5


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.