[Journée d’étude] Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique.


La journée d’étude “Poésie & Instagram”, organisée par Camille Bloomfield (Université Paris-Cité, CERILAC), Caroline Giraud (instapoétesse), Liza Hammar (Université du Québec à Montréal), Marc Jahjah (Université de Nantes), se tiendra le 3 mai à l’Université Paris-Cité.

Voir le programme 
*
J’y propose une communication intitulée « De la poésie sauvage sur Instagram ? des écritures de rues à l’espace numérique »

En voici un résumé : 

Dans son introduction d’un dossier consacré à la « littérature sauvage[1] », Denis Saint-Amand s’interrogeait sur le devenir des « productions sauvages » qui ne sont pas récupérées par le livre. Par « littérature sauvage », le critique entend, avec Jacques Dubois, désigner des écritures spontanées, brutes et éphémères, indépendantes des rouages et logiques du milieu littéraire, dont les écritures de rues sont un témoignage : graffitis, tags, collages, occupant illégalement les murs des villes de manière le plus souvent temporaire, et très fortement situées, dans des espaces ou territoires et de par leurs liens avec des événements, par exemple contestataires. Les entreprises livresques de documentation et collectes de ces écritures ont jalonné leur histoire, au XXe siècle. Des recueils de graffitis de Brassaï aux collectes récentes d’Yves Pagès[2], de la brochure « La marchandise ou la vie », recueillant des photographies de détournements d’affiches publicitaires dans le métro parisien au lendemain de mai 1968 par Jean-Jacques Lebel[3] au recueil Les murs ont la parole. Journal mural Mai 68 paru au lendemain des événements aux éditions Tchou, de l’Anthologie de la poésie naturelle de Camille Bryen et Alain Gheerbrant[4], aux poèmes ready-mades reproduits dans les volumes de l’Armée noire, elles procèdent d’enjeux divers, de la pérennisation documentaire à la mise en évidence de la poéticité d’une écriture « faite par tous ». Par ailleurs, les actions poétiques – se définissant explicitement comme telles – d’écritures de rue se multiplient depuis les pratiques de poésie visuelle des années 1970.

La possibilité donnée à tous, par l’embarquement de l’appareil photographique dans le smartphone puis la création de l’application dédiée qu’est Instagram, de diffuser instantanément les images produites, semble avoir eu pour conséquence de multiplier ces collectes : aussi, les photographies d’écritures de rue sont très présentes sur la plateforme. Cela peut s’expliquer par la médiagénie de ces écritures pour Instagram, lieu par excellence du phototexte et de la « photographie verbale », par la structure architextuelle qui encourage la curation de ces contenus par la sérialité d’une part, l’indexation d’autre part, mais aussi, d’un point de vue pragmatique, par la possibilité offerte de les partager, dans une perspective de diffusion et de dissémination. L’éditorialisation autorise alors une circulation inédite pour des écritures à l’origine intrinsèquement contextuelles. Aussi, de nombreux comptes sont entièrement consacrés à la collecte d’écritures sauvages. Ce sont les enjeux de ces différents gestes de curation et de partage que nous nous proposons d’envisager dans cette communication. Photographier, collecter, puis poster des photographies verbales, peut ainsi participer d’un geste de prélèvement relevant du poème trouvé, lorsque ces écritures sont qualifiées de « poésie », par le nom d’un compte (@poete.poete ;@poesiemarseillaise ; @poesie_urbaine_brussels, @poesie_urbaine ; @poesiesurmurs),  l’usage d’un hashtag (« #poésiesauvage », « #effractionspoétiques », « #aphorismesurbaines » « #poésiesdesmurs », « #poésiederue » « #poemesderue », « #poésiepartout »), d’une description de compte (@motssurlesmurs convoque une citation de Marcel Duchamp pour signaler son intention artistique, @street.résistance évoque « des traces de résistance, d’imaginaire et de poésie sur nos murs », @lesmotsdesmurs évoque l’ « art des murs et des mots » par exemple). L’indexation procède d’une proposition de lecture de ces écrits sauvages comme poétiques, dans la lignée des poèmes trouvés et readymades, mais sans qu’une institution consacrée ne vienne valider cette décision en la faisant entrer dans un « monde de l’art[5] ». D’autres collectes participent de l’autodocumentation, à la manière des artistes graffeurs, de poètes qui pratiquent eux-mêmes l’écriture de rue : le compte Instagram sera alors un lieu d’exposition, de recensement, de signalement et surtout de diffusion d’une pratique poétique in situ (Nathalie Man, @nmpoetesse, documente ainsi ses collages de poèmes, @poesie.sauv.age photographie ses interventions au marqueur sur les affiches et murs, et Etienne Candel @etienne_cdl, ses « trashtexts », poèmes inscrits sur des poubelles et autres objets voués aux ordures). Enfin, et de manière non exclusive, tant les trois possibilités se tiennent souvent, la collecte et la diffusion revêt souvent une dimension politique : l’expression de rue, l’écriture sauvage fait en effet partie du « répertoire d’action collective[6] » de nombreux groupes militants, et relève, comme l’a montré Béatrice Fraenkel, de la « performance d’écriture[7] » située, à la teneur généralement réactive, contestataire et illégale. Son relais via la plateforme Instagram soutient alors, à l’instar des comptes recensant les collages féministes[8], la circulation des messages inscrits mais aussi la performance d’écriture même, contribuant à l’activité des réseaux militants.

Mais qu’en est-il de ces gestes numériques de collecte et de partage ? On tentera dans un dernier temps d’interroger  les effets de cette déterritorialisation des écritures sauvages : si elles constituent une effraction dans l’espace public, et entrent en lutte constante, comme l’a montré Philippe Artières, avec l’ « ordre graphique[9] », que produisent ses relais photographiques sur la plateforme ? Si Instagram n’est pas un espace public, il n’en reste pas moins un espace fortement standardisé par un architexte dont Emmanuel Souchier et Yves Jeanneret[10] ont montré qu’il était porteur de pouvoirs, ainsi qu’un espace de censure de contenus « contraires aux standards la communauté », ou de sélection de contenus par une logique algorithmique adossée à une économie de l’attention[11]. Ces propriétés affectent-elles la nature et la portée des collectes, voire, en retour, la poétique même des écritures urbaines, lorsqu’elles anticipent, au moment de leur production, leur devenir instagrammable ?

 

[1] Denis Saint-Amand, « Autour de la littérature sauvage. Mémoires du livre », Studies in Book Culture, 8(1), 2016. https://doi.org/10.7202/1038026ar

[2] Tiens, ils ont repeint ! 50 ans d’aphorismes urbains de 1968 à aujourd’hui, avec le graphiste Philippe Bretelle, La Découverte, 2017

[3] Jean-Jacques Lebel, « La marchandise ou la vie », dans L’ Internationale Hallucinex. Manifestes de la generation grise et invisible, Paris, Le Soleil noir, 1970.

[4] Camille Bryen et Alain Gheerbrant, Anthologie de la poésie naturelle, Paris, K éditeur, 1949

[5] Howard Becker. Sur ce processus je me permets de renvoyer à mon ouvrage, Gaëlle Théval, Poésies ready-made XXe-XXIe siècles, Paris, L’Harmattan, 2015.

[6] Tilly

[7] Béatrice Fraenkel, « Actes d’écriture : quand écrire c’est faire », Langage et société, vol. 121-122, no. 3-4, 2007, p. 101-112.

[8] Voir Denis Saint-Amand, « “Elle le quitte, il la tue”. Les collages féministes, une littérature sauvage », dans Fabula, atelier de théorie littéraire, 2021. URL : https://www.fabula.org/ressources/atelier/?Collages_feministes.

[9] Philippe Artières, « Écritures contestataires et ordre graphique », Fabula / Les colloques, Penser les écrits de la contestation en diachronie, Les écrits sauvages de la contestation (dir. Denis Saint-Amant), URL : http://www.fabula.org/colloques/document9432.php, page consultée le 19 March 2024.

[10] Souchier, Emmanuël, Étienne Candel, et Gustavo Gomez-Mejia. « Chapitre 4. Le formatage, c’est du pouvoir », , Le numérique comme écriture. Théories et méthodes d’analyse, avec la collaboration de Jeanne-Perrier Valérie. Armand Colin, 2019, pp. 159-191.

[11] Yves Citton

 

 



Citer ce billet
Gaëlle Théval (2024, 19 avril). [Journée d’étude] Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique. Poésies expérimentales, XX-XXI. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w90y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search