[Journée d’étude] “Le cycle des exils”(1982-2024), Patrick Beurard-Valdoye

Le samedi 18 mai a eu lieu une journée d'études autour du Cycle des exils de Patrick Beurard-Valdoye, au Centre International de Poésie de Marseille, à l'occasion de la parution du dernier volume du cycle, Lamenta des murs (Flammarion, 2024),  et de l'exposition qui se tiendra jusqu'en juin. 
Voir le programme.
 



J'y proposais une communication intitulée Le Cycle des exils : une performance d'écriture? ou, lire le Cycle par la Schlitte, dont voici le résumé. 
« La Schlitte du narré », présentée dans le cadre de l’exposition du Cipm, est une installation réalisée par Patrick Beurard-Valdoye à partir de matériaux récupérés porteurs de sens dans le travail d’élaboration et d’écriture du « Cycle des exils ». Le geste plastique, consistant à produire des « récitclages » à partir des documents accumulés pendant la préparation du livre venait jusqu’ici clôturer chaque tome du Cycle. Considérée comme son « Point final », l’installation procède quant à elle de l’assemblage d’objets selon un agencement fortement significatif. Ultime volume, elle-même décrite dans le dernier volume du Cycle, Lamenta des murs (poésie/Flammarion, 2024), elle prend place aux côté d’autres non-monuments qui font retour, sous diverses formes (ekphrasis, récits, allusions ou reconstitutions) tout au long de l’œuvre : « Merzbau » de Kurt Schwitters, premier happening au Black Moutain College, « Musée d’art moderne – département des aigles » de Marcel Broodthaers, mythologie individuelle de Beuys, autant d’œuvres qui fonctionnent aussi, à biens des égards, comme des modèles d’écriture dans l’élaboration des dispositifs complexes du « Cycle des exils ». De volume en volumes, la syllepse est à prendre au sérieux, et les circulations incessantes entre les médiums qui caractérisent l’œuvre, nous le disent tout autant, au point que le volume, pour livre clos qu’il paraisse, ne se ferme jamais réellement. D’enquêtes en récitals, de livres en collages, c’est peut-être aussi comme performance d’écriture que le Cycle dans son ensemble peut être appréhendé. Entrer dans l’œuvre mouvante et foisonnante de Patrick Beurard-Valdoye demande alors de multiplier les approches. Il nous a semblé que « La Schlitte du narré » pourrait en constituer une, et c’est alors comme dispositif de lecture que nous tenterons son activation.


Citer ce billet
Gaëlle Théval (2024, 20 mai). [Journée d’étude] “Le cycle des exils”(1982-2024), Patrick Beurard-Valdoye. Poésies expérimentales, XX-XXI. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11our

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search