“Contre la police des langages” : les revues de poésie expérimentale au cours des années 1970 – Colloque “Contre-attaque”, 26-27 Mai

Le colloque “Contre attaque : les avant-gardes en revues”, organisé par Olivier Penot-Lacassagne et Pierre Taminiaux se tiendra les 26 et 27 Mai 2015 à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

Pour voir le programme complet

affiche_colloque_contre_attaque-1J’y présenterai une communication intitulée “Contre la police des langages” : les revues de poésie expérimentale au cours des années 1970″, dont voici le  résumé :

Cette communication se donne pour ambition d’envisager une avant-garde située à la marge des grands courants formalistes et textualistes à laquelle on réduit encore trop souvent le paysage des avant-gardes de la décennie 1960-1970, qui se définit pourtant en opposition complète à celle-ci et entend mener elle aussi un combat politique et révolutionnaire selon des stratégies toutes différentes. Parfois réunies sous le terme générique de « poésie expérimentale », ces poésies, plurielles, sonores, visuelles ou de performance, ont en effet ceci de commun qu’elles mettent l’accent sur la matérialité du poème dans la constitution du sens, allant, souvent, jusqu’à lui incorporer des éléments hétérogènes sur le mode du collage, et usent, dans une logique parfois proche de celle des Situationnistes, de ces moyens propres pour viser un impact : « poésie directe », selon la proposition de Jean-Jacques Lebel à propos de ses performances, mais aussi « poésie visive » ou « visuelle », en référence au mouvement italien de la « poesia visiva », qui lutte contre l’oppression portée par les médias en usant et détournant la rhétorique de l’affiche publicitaire, ces poésies visent une sortie du livre, vécu comme carcan, pour investir l’espace public, se passant des filtres et autres censeurs intermédiaires. Dans cette logique, la revue joue un rôle essentiel, en tant que « plateforme » de diffusion, mais aussi en tant qu’espace spécifique.
Si elle est et reste un espace d’énonciation collective, la revue n’a en effet pas pour vocation de donner voix à un « groupe » d’avant-garde constitué dans et par ses pages : elle se vit davantage comme moyen de donner voix, de proposer des rapprochements interdisciplinaires, et de faire réseau, ce que l’internationalisme inhérent à la revue nomade DOC(K)S fondée en 1976 par Julien Blaine mettra en place. Mais la revue de poésie expérimentale de donne aussi comme espace spécifique, où se joue une lutte contre ce que Blaine nomme « la POLICE des langages » dans un manifeste de 1971. La syllepse résume en effet à elle seule le mode original de positionnement de ces revues : à l’instar de l’objet « poème », l’objet « revue » s’y voit en effet investi d’une manière inédite pour devenir mode d’expression et d’action à part entière. Fortement marquées par l’influence de la free press telle qu’elle émerge aux alentours de mai 1968 – leurs directeurs ayant eux-mêmes été des acteurs importants dans ce développement (Blaine publie le journal anonyme Geranonymo, Lebel y a une activité importante), ces revues s’en approprient les propriétés et les codes, à l’instar des Cahiers Noirs du Soleil, et de son numéro « Internationale Hallucinex » dirigé par Lebel, qui se présente comme une « revue-tract à déchirer », et, par la suite, de DOC(K)S, à travers un usage spécifique de l’offset et l’aspect volontairement non soigné de la revue. Ce faisant, leur positionnement politique ne se manifeste pas tant dans les discours ou dans de quelconques « théories d’ensemble », mais, en lien avec ce refus farouche de la théorie, dans les choix matériels mêmes effectués : choix typographiques (le titre de la revue de Jean-François Bory, L’Humidité, s’écrit dans la même police de caractère que L’Humanité), choix de modes de reproduction (photocopie ou offset vs typographie), du type de papier (journal pour l’Internationale Hallucinex), de telle mise en page, se présentent ainsi comme autant d’éléments constituant une « énonciation éditoriale » (E. Souchier) que nous nous proposons ici de décrire. Comment ces revues se construisent-elles en objets contestataires ? En quoi ces objets singuliers contrastent-ils avec le paysage revuistique avant-gardiste de ces mêmes années ? Comment l’énonciation éditoriale joue-t-
elle pour y articuler choix matériels et positionnement politique, idéologique, esthétique dans le champ des avant-gardes, déplaçant, par là même, le mode d’action proposé dans et sur la langue ?
La période envisagée se situe entre deux bornes chronologiques : 1968, dont l’influence fut majeure sur ces revues à travers le développement de la presse alternative, et 1986, qui correspond à la fin de la première série de DOCKS, moment où la revue connaît la première d’une série de mutations qui la feront aller vers des formes quelque peu différentes. Nous centrerons notre propos sur un corpus constitué essentiellement de trois revues, L’Internationale Hallucinex, L’Humidité, et surtout DOC(K)S, dans le sillon de laquelle seront également abordées les autres – multiples – revues dirigées avant elle par Julien Blaine, ainsi qu’un certain nombre d’autres petites publications


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search