Colloque international : “Poesias performativas – performative poetry”

Le colloque international “Poesias performativas : teorias e praticas. Perspectivas comparadas / performative poetry : theories and practices. Comparative perspectives”, coordonné par Penelope Patrix, s’est tenu du 29 au 30 octobre 2018 à l’Université de Lisbonne.

Voir le programme complet 

J’y ai présenté une communication intitulée “Poésies en performance sur le Web : de l’archive à la vidéoperformance”, consacré à Charles Pennequin, dont voici le résumé :

Les pratiques désignées sous le terme de « poésie sonore », « poésie action », hors-livre, «hors la page » (Dufrêne), veulent mettre la « poésie debout » (Heidsieck) voire refusent le livre au profit de « publications orales » (Métail). Le poème n’est accessible, en dehors de sa performance, que par sa documentation, faisant alors vaciller la distinction goodmanienne entre les arts « allographiques », dont la littérature ferait partie, et arts « autographiques[1] ».Dès lors, « lorsque l’œuvre se confond avec l’expérience “hic et nunc” de son accomplissement, dans une co-présence, en espace-temps réel, du performer et de son public, surgit la question de la mémoire[2]. »Rejoignant, par ce biais, des problématiques rencontrées par les arts de la performance, les poésies de performance interrogent à leur tour la notion d’œuvre : reposant sur « un faisceau d’éléments qui, chacun, élaborent une partie des restes et des traces qui se constituent en archives et deviennent les vecteurs potentiels de la diffusion de ces pratiques », leur mémoire et leur diffusion se fait via des photographies, des récits, des partitions, des témoignages, et, essentiellement et de plus en plus fréquemment, par des enregistrements audio ou audio-visuels. Qu’en est-il de ces archives ? Quelles sont leurs natures ? Captations sauvages ou institutionnelles, que donnent-elles à voir du poème performé ? Comment le documentent-elles ? Que fait la transmédiation à la performance ? C’est à cette question cruciale que nous nous proposons de nous intéresser, prenant acte de la multiplication de ces archives liées au développement du Web 2.0 et aux plateformes comme YouTube, qui autorisent une circulation sans précédent de ces documents, et interrogent le mode de circulation effectif de la poésie en performance. 

Outre les multiples captations de performances, d’autres formes existent, développées au cours des années 1990 notamment, comme les performances et lectures filmées, au statut incertain, et, surtout, ce que nous nommerons des vidéoperformances, développées dans le sillage de la performance et de la vidéopoésie, et s’autorisant de codes spécifiques à la production vidéo du Web 2.0. Parmi d’autres pratiques, l’attention se portera en particulier sur le travail de Charles Pennequin, représentatif du caractère intermédial d’un grand pan de la poésie performée contemporaine, chez qui la vidéo se décline de multiples manières : performances filmées, films réalisés par le poète lui-même durant la performance, mais aussi improvisations filmées, diffusées sur les réseaux sociaux, la chaîne YouTube et le site de l’auteur, sont chez le poète autant de manières de continuer de « performer dans la vie de tous les jours », et d’échapper, ce faisant, à tentation spectaculaire.


[1]Nelson Goodman, Langages de l’art, Paris, Fayard, 2011, coll. « Pluriel »

[2]Nathalie Boulouch et Elvan Zabunyan, « Introduction », dans Janig Bégoc, Nathalie Boulouch, Elvan Zabuyan (dir.), La Performance, entre archives et pratiques contemporaines, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Art & société », 2010, p. 13-24.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.