Colloque : Les écritures contemporaines du quotidien – Une cartographie

Le colloque “Les écritures contemporaines du quotidien : une cartographie”, organisé par Corine Grenouillet et Maryline Heck, se tiendra à l’Université de Strasbourg les 6 et 7 juin, puis au Centre à Paris de l’Université de Chicago, les 13 et 14 juin 2019.

Voir le programme

J’y proposerai une communication à deux voix, avec Anne-Christine Royère, intitulée “Assécher Perec” : Poétiques du quotidien chez Anne-James Chaton, dont voici le résumé :

Dans un entretien accordé à la revue Vacarme, Anne-James Chaton, jouant le jeu des généalogies concernant sa pratique textuelle déclare qu’elle relèverait moins de l’écriture ciselée d’un Bernard Heidsieck, que de celle d’un Perec, qu’elle contribuerait à « assécher », répondant par là-même à la poétique que constituent les « tentatives d’épuisement » du maître de « l’infra-ordinaire ». En somme, dit-il : « Mon écriture, c’est la rencontre de Husserl et Perec[1]. »

Si l’écriture de Chaton a en effet systématiquement partie liée au quotidien, celui-ci ne semble pas se définir comme relevant de l’ordinaire, de l’habituel ou de « l’endotique[2] », pour reprendre Perec. Elle s’attache bien davantage au banal, c’est-à-dire à ce qui est mis à la disposition de tout le monde, et surtout à l’événement, qu’il relève du trivial ou de l’exceptionnel, comme en témoignent des œuvres comme In the eventévénement n°19 et Événement 09[3].

Nous nous proposons d’analyser en quoi cette façon d’envisager le quotidien détermine les sujets, les pratiques textuelles et les formes médiatiques (scène, CD, Facebook) choisies par Chaton, qui pratique moins une écriture documentaire qu’une écriture documentée (notamment par les « écrits pauvres ») contribuant, par ses choix radicaux non seulement à « assécher Perec », mais aussi à assigner à l’homme une place dans le monde, comme le suggère son essai L’Effacé : capitalisme et effacement[4].


[1]« Archéologie du ticket de caisse », entretien réalisé par Sylvain Dambrine, Entretien réalisé par Floriane Laurichesse, Vacarme, n° 65,  2013/4, p. 134 et 138.

[2]Georges Perec, « Approches de quoi ? », dans L’Infra-ordinaire, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La Librairrie du xxesiècle », 1989, p. 

[3]Event 09, Raster-Noton, 2011 ; In the eventévénement n° 19, Al Dante, 2004

[4]Paris, Sens et Tonka éditeur, 2005.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.