Poésies ready-mades, XXe-XXIe siècles – Sommaire

Soutenue en avril 2011 à l’Université Paris 7 (direction : Anne-Marie Christin, Mention très honorable avec félicitations du jury), ma thèse intitulée “Poésies ready-mades, XX-XXIe siècles” a reçu en 2012 le prix du réseau interuniversitaire “Créations, arts, médias” (voir l’entretien sur le site du réseau).

L’ouvrage est à paraître en 2015.

 Résumé

Cette thèse se propose de circonscrire et d’étudier les équivalents littéraires du ready-made duchampien dans la poésie moderne et contemporaine. Historiquement issue du domaine des arts plastiques, cette pratique connaît des équivalents poétiques depuis le début du vingtième siècle (Cendrars,  « Dernière heure ») sans que l’on puisse pour autant toujours parler d’importation ou d’appropriation de la part des poètes concernés. On essaiera ainsi de définir l’appellation de « poésie ready-made » dans un sens davantage générique que proprement généalogique, à l’aide de critères permettant de la distinguer de pratiques proches comme le plagiat ou le collage. Tout comme le ready-made duchampien, ces pratiques bouleversent la conception traditionnelle de la poésie et de l’écriture poétique. Qu’on l’envisage en termes de production (le geste d’écriture se voit nié et remplacé par un geste de sélection / prélèvement / déplacement d’éléments non littéraires) ou en termes de réception (les effets de sens du ready-made en poésie reposent en grande partie sur des logiques non discursives, et l’objet déplacé n’est pas nécessairement écrit), la définition du « poétique » se voit mise en question, amenant par là-même à une « chute des paradigmes » (Thierry de Duve), ce qui pose alors la question de savoir quels outils peuvent être mis en place pour analyser ces objets et leur fonctionnement.

Table des matières

INTRODUCTION

I – DU READY-MADE PLASTIQUE AUX READY-MADES POETIQUES

1. Ready-made et ready-mades

1.1 – Les Ready-mades de Marcel Duchamp.

1.2 – Une réception en kaléidoscope.

Le ready-made et « l’aventure de l’objet ».

De l’objet à l’image : le ready-made « iconique ».

Lectures conceptuelles et minimalistes.

Le ready-made contre l’art.

1.3 – Le ready-made est-il un genre ?

2. Quel équivalent littéraire ?

2.1 – Transfert ou équivalence ? Incertitude des sources, limites de l’analogie..

L’importation d’une pratique artistique (présence de Duchamp).

Parallélismes et pratiques équivalentes.

Limites de ces approches.

2.2 – Qu’est-ce qu’un « poème ready-made » ?.

La nature de l’ « objet ».

La nature de l’œuvre.

 

II – DU TEXTE AU DISPOSITIF

1. L’analyse immanente à l’épreuve du ready-made.

2. Un « texte » au second degré.

2.1 – « tu lis les prospectus, les placards, les affiches, voilà la poésie ce matin » (fonction esthétique)

« La poésie est dans la rue » (Cendrars)

Le quotidien, le merveilleux.

La « poésie naturelle » (C. Bryen)

2.2 – « Poésies-biopsies » et «documents poétiques» (fonction documentale).

Disséquer, prélever, observer.

Répertorier, classer.

Pour quel mode de connaissance ?.

2.3 – « Détournements mineurs » (fonction critique).

Défiger une langue morte.

Virus, parasites : vers la « guérilla ».

3. Le poème ready-made comme dispositif

3.1 – Le « paratexte »..

Le rôle des titres.

Autres éléments paratextuels.

Quand le paratexte devient texte.

3.2 – Medium et message.

Le livre, la page.

Poèmes hors du livre.

3.3 – Du texte au dispositif.

 

III – LA CHUTE DES PARADIGMES OU LE DISPOSITIF POETIQUE MIS A NU PAR LE POEME, MEME

1. La « mécanique lyrique » (O. Cadiot)

1.1 – Une poésie « faite par tous » (Lautréamont)

La « disparition élocutoire » du poète.

« Humilier la poésie ».

Le refus de la voix lyrique.

Une poésie littérale ?

1.2 – Une critique du sujet lyrique.

« Suicide » du sujet lyrique ?.

Jeux à propos du « je ».

Une entreprise paradoxale : l’autoportrait « ready-made ».

1.3 – Vers un lyrisme impersonnel ?.

Du « lyrisme ambiant » à la « société du spectacle ».

«… c’est toujours choisir » (Aragon) : une présence en creux.

Une « énonciation éditoriale » (E. Souchier)

2.  Mises en vers.

2.1 – Le spectacle du poème.

L’image du poème.

Une forme vide ?.

2.2 – Un « effet de poésie involontaire » ?

Des régularités rythmiques.

« Poétique du lisuel » (David Gullentops).

3. Le ready-made est-il « poétique » ?

3.1 – Théorie de l’écart.

3.2 – La « fonction poétique ».

4. Une exemplification du dispositif poétic’

4.1 – Le ready-made comme œuvre paradigmatique.

Une démarche inclusive.

4.2 – La mise à nu du dispositif : « ceci est de la poésie »

De l’Anthologie de la poésie naturelle à l’anthologie de l’écriture conceptuelle.

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.