Colloque : La poésie contemporaine, les médias et la culture de masse

Le colloque international “La poésie contemporaine, les médias et la culture de masse”, organisé par Zsófia Szatmári et Levente Seláf, se tiendra à l’Université Eötvös Loránd de Budapest du 19 au 21 septembre.

Voir le programme complet 

 

J’y proposerai une communication intitulée “Vidéoperformances sur le Web” dont voici le résumé : 

A la fin des ann.es 1950, Bernard Heidsieck, entend, avec po.sie action, d.velopper une poésie qui se réalise en performance et utilise les moyens technologiques et médiatiques nouveaux, affirmant une volonté de remise en circulation du po.me dans la société. Poésie hors du livre, la poésie action articule ainsi la performance et l’usage de medias. La poésie en performance, qui se réalise dans une co-présence du poète et du public et une mise en oeuvre du corps, utilise également le numérique, et tout un pan de la poésie dite numérique se développe en performance, au sein de travaux exploitant le flux, les relations corps/machine, les possibilités de retraitement et de retransmission en live du son et de l’image, d’intégration de données en direct, ou encore d’improvisations textuelles1.

Le corpus que nous nous proposons d’aborder relève également d’une articulation entre la poésie performance et le numérique selon une modalité autre que l’on qualifiera de médiatique. Ces oeuvres rel.vent tout d’abord de la po.sie en performance dans sa dimension vidéo : on parlera de vidéoperformances, forme spécifique qui ne se confond ni avec les captations vidéo de performances ou de lectures publiques live, ni avec l’enregistrement de lectures à voix haute filmées face caméra, mais se caractérise avant tout par une implication du filmage dans sa forme même, et, partant, d’une forme d’écriture vidéo. Les oeuvres ici considérées relèvent également à plusieurs titres d’une forme de poésie numérique, au sens où elles utilisent le . dispositif informatique comme médium et “mettent en oeuvre une ou plusieurs propriétés spécifiques à ce medium2”, selon la définition de Philippe Bootz. Mais leur dimension numérique tient ainsi au fait que ces oeuvres se destinent à une diffusion en milieu numérique et travaillent dans leur écriture même avec les propriétés spécifiques à cet environnement. En ce sens, elles semblent pouvoir s’inscrire dans ce que Leonardo Flores a identifié comme la . “troisième génération3” de la littérature numérique, émergée avec l’avènement du Web 2.0 en 2005, et caractérisée par des oeuvres qui utilisent des interfaces et plateformes existantes4. A la figure de l’auteur-programmeur se substitue celle d’un auteur usager, à l’instar de millions d’autres internautes, des r.seaux sociaux comme Facebook5, microblogging comme Twitter6 sont investis, mais aussi des plateformes de partages d’images fixes et animées comme Instagram, Tumbl.r, et YouTube. Concentrant notre analyse sur les poésies en performance diffusées sur YouTube, notamment sur l’oeuvre de Charles Pennequin, Laura Vasquez et Pierre Guéry, il s’agira d’interroger la manière dont ce media influe sur les modalités de diffusion mais aussi d’écriture de ces vidéoperformances, en les mettant en perspective avec des formes plus anciennes usant du numérique comme outil d’écriture vidéo de la performance, notamment l’oeuvre de Philippe Castellin.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.