Poésie : (action, directe, élémentaire, totale…)

Résumé de la communication prononcée lors de la journée “Poésie & performance : enjeux historiques, théoriques et critiques”, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, 28 mars 2014.

L’objet de cette communication porte sur une série d’épithètes auquel le nom de « poésie » s’est vu accolé à partir du début des années 1960.  Tour à tour qualifiée d’ « action », « directe », « élémentaire », « totale », c’est une forme nouvelle de poésie qui tente de se désigner et de se spécifier à travers ces appellations dont l’objet de cette communication est de circonscrire le sens.

Pour répondre à cette question la recherche se concentre sur la double décennie 1960-1980 : plus précisément 1963, date à laquelle Heidsieck commence à utiliser le terme de « poésie action », et 1979, date de la fondation par Jean-Jacques Lebel du festival Polyphonix, moment mise en lumière et en cohérence de ces pratiques diverses.  En convoquant de façon privilégiée les écrits d’époque, il s’agira de croiser les discours tenus par les poètes sur leurs propres pratiques, qu’ils sont longtemps les seuls à théoriser.

Le propos sera centré sur trois figures majeures, Bernard Heidsieck, Jean-Jacques Lebel et Julien Blaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.