Parution : Ce que Mai 68 a fait à la littérature

L’ouvrage Ce que Mai 68 a fait à la littérature, actes du colloque de l’Université de Lorraine, est paru aux Presses Universitaires du Septentrion, sous la direction de Nelly Wolf et Matthieu Rémy. 

Voir le sommaire

J’y propose un article intitulé : La poésie écrite n’a plus lieu d’être / … ça charge… » : la poésie action et Mai 68, dont voici l’introduction : 

 Pour Dominique Viart, Mai 68 n’a pas été un événement littéraire, et a puisé son imagination « dans le souvenir d’élans anciens, depuis les échos de Dada qu’exploitent les Situationnistes jusqu’au désir surréaliste de trouver la poésie dans la vie même[1] ». C’est que, poursuit le critique, les conditions esthétiques et idéologiques ne sont pas favorables à l’appropriation par la littérature de Mai, en raison de la remise en cause des modèles culturels dominants : « il n’y a aucune forme littéraire immédiatement accueillante à l’écriture de Mai 68 », et les écrivains, lorsqu’ils interviennent, se font acteurs du mouvement, écrivant des « déclarations collectives, des communiqués ou des textes anonymes, des chartes d’écrivains[2] », usant au moins dans un premier temps des « registres routiniers de l’engagement intellectuel », le communiqué et la pétition, dont l’efficacité est liée à la notoriété des signataires, se faisant « écrivants » davantage qu’écrivains.

Il existe pourtant, à ce moment, une autre avant-garde, qui n’en est déjà peut-être plus une tant ses modes de structuration diffèrent et s’opposent à ceux des avant-gardes historiques et contemporaines : une avant-garde en partie provinciale, non structurée en groupe hiérarchique mais en réseau, en marge des circuits éditoriaux comme des principales instances de légitimation littéraires. En marge, à tel point qu’elle constitue aujourd’hui une sorte de point aveugle dans l’histoire littéraire, en particulier de la poésie, et ce alors même qu’une bonne partie de la création contemporaine s’en dit tributaire[3]. Mais si elle se situe à la marge, c’est autant en raison des formes proposées, le plus souvent hors livre, que des modes d’action et des postures adoptées par ces poètes. Envisager la « poésie action » dans Mai 68 – et alentours, c’est donc non pas regarder comment des écrivains institués au sein d’avant-gardes consacrées prennent ou reprennent position face aux événements, mais comment une certaine idée de la poésie et de ses modes possibles d’action politique, en cours d’élaboration, trouvent à s’illustrer au sein de l’événement, en lien direct avec cette irruption de la « parole sauvage » des « inscrivains[4] » et cette libération poétique anonyme dont il est si souvent question[5].

[1] Dominique Viart, « Les héritages de Mai 68 », in Collectif, Ecrire, Mai 68, Paris, Argol éditions, 2008, p. 10

[2] Ibid., p. 12

[3] A l’instar de Nathalie Quintane dont il fut également question dans ce colloque

[4] Alain Jouffroy : « Dans le livre collectif qu’est la ville, nous avons découvert subitement en Mai, un autre texte. Ceux que j’appellerai les inscrivains ont fait apparaître sur les murs des appels, des messages, des citations aussi, où l’ésotérique est devenu exotérique » (Le Monde, 29 juin 68), cité par Patrick Combes, La Littérature & le mouvement de Mai 68, thèse de doctorat sous la direction de M.J Leenhardt, 1981, EHESS, p. 161

[5] Voir Giovanni Dotoli, Parole et liberté : la langue de Mai 68, Paris, Hermann, 2008


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search