Parution : Du calligramme au dactylopoème (Jiří Kolář, L’Enseigne de Gersaint, 1965)

Les actes du colloque « Les nouvelles tendances de la création calligrammatique », organisé en 2012 par Nicole Biagioli et Elina Absalyamova à l’Université de Nice, ont été publiés dans la revue Loxias n°72 (mars 2021).

J’y propose un article intitulé « Du calligramme au dactylopoème », centré sur le recueil de Jiří Kolář, L’Enseigne de Gersaint (1965), dont voici le résumé : 

Cet article se propose d’aborder ce que l’on pourrait considérer, dans une certaine mesure, comme une mutation technologique du calligramme : le dactylopoème, mot désignant des poèmes créés à la machine à écrire. Ce genre se développe au cours des années 1960 dans les champs de la poésie concrète et visuelle, avec notamment Henri Chopin et les Garnier. C’est à une utilisation singulière de cette pratique que nous nous attachons, celle qu’en fait Jiří Kolář dans L’Enseigne de Gersaint. Publié en 1965, le recueil empruntant son nom au tableau de Watteau se présente comme un petit musée personnel au sein duquel se croisent une trentaine de portraits de peintres réalisés en dactylogrammes à l’aide des lettres du nom de chacun d’entre eux, Kolář y recréant les caractéristiques du style de chaque artiste. Se rapportant au genre de l’ekphrasis, ces poèmes s’y confrontent de manière toute paradoxale, interrogeant la matérialité de la lettre au regard de l’art moderne.

Lire l’article : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=9693


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search