Colloque : L’archive comme lieu d’expérience. Construction, création, performance

Le colloque “L’archive comme lieu d’expérimentation : construction, création, performance”, organisé par Ross Louis, Agnès Curel, Benoît Auclerc, Gilles Bonnet et moi-même, se tiendra à l’Université Lyon 3 les 17 et 18 Mars 2022. 

 

Le présent colloque envisage l’archive non seulement comme lieu de construction et de préservation mémorielle, mais aussi d’expérimentation et d’invention. C’est en particulier à travers la question de la performance que ce lien entre archive et expérimentation sera exploré : il s’agira à la fois de réfléchir à la production d’archives sur la performance littéraire – à la nécessité de produire des archives vivantes et actualisables – et d’envisager l’archive elle-même comme dispositif performatif.

Ce colloque se situe en effet à la jonction de deux projets développés au sein de l’équipe MARGE (Université Jean-Moulin Lyon 3) : Archives de la Performance Littéraire (ARCHIPEL) et Performing the archive : the everyday construction of ‘french’ identity in New Orleans. Le projet ARCHIPEL a pour objet de construire une archive collaborative en ligne des performances littéraires depuis les années 1960, le second, Performing the archive, visant à faire de l’archive un lieu d’expérimentation, voire un lieu vivant, permettant de nouvelles formes de recherche-création. Le colloque est organisé autour des trois axes :

  • La performance littéraire et ses archives : Comment documenter une performance littéraire? Quels modes de construction de l’archive sont possibles ? Quelles questions spécifiques concernant l’archivage de données la performance littéraire pose-t-elle ?
  • L’archive comme dispositif performatif : Les protocoles qui président à la construction de l’archive conduisent nécessairement à choisir les traces et les histoires qui y sont consignées : en cela, l’archive est un dispositif qui résulte d’interventions subjectives, et qui est lui-même parfois envisagé comme une performance. Dès lors, qu’est-ce qui caractérise la construction d’une archive ? En quoi les archives dites « vivantes » (de la performance, de la performance littéraire) diffèrent-elles des autres archives ?
  • L’archive comme lieu d’expérimentation : Considérée comme dispositif, résultat inachevé d’un procès en cours, et appelant à une réactivation, l’archive s’offre particulièrement aux expérimentations, et réciproquement, la recherche. Comment activer les archives en tant que matériaux de la création ? Quelles méthodes de recherche ou de recherche-création pour explorer les archives ?

 

 

 

PROGRAMME

 

M
A
T
I
N
9h30-10h
Accueil des participants

10h
Présentation du colloque par les organisateurs (Benoît Auclerc, Gilles Bonnet, Agnès Curel, Ross Louis, Gaëlle Théval)

10h30
Marion Boudier et Chloé Déchery | Conférence-performance : « Archive, faux et usage de faux dans la conférence-performance Créer sous d’autres noms que le sien – une tentative de restitution »

11h15
Heiata Julienne-Ista | Proposition documentaire : « Archivés : les poètes face à leur existence numérique »
A
P
R
E
S

M
I
D
I

14h
Abigail Lang, Michel Murat, Céline Pardo | Conférence : « Les enjeux d’un programme de recherche sur les Archives sonores de poésie »

14h30
Benoît Auclerc, Gilles Bonnet, Gaëlle Théval | Conférence : « Archiver la performance littéraire : le projet ARCHIPEL »

15h-18h
Workshop – séance de travail sur une proposition du collectif G.U.I. | « Collecter, produire, activer les archives de la performance littéraire »

Avec notamment la participation d’Emmanuelle Pireyre, du collectif Boxon (Julien d’Abrigeon, Cyrille Bret, Gilles Cabut) et de Patrick Beurard-Valdoye.
Atelier animé par Tanguy Wermelinger, pour le collectif G.U.I.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.