Conférence : “Editer la poésie (XIX-XXIe siècle) : Histoire, acteurs, modes de création et de circulation”

Le séminaire “Editer la poésie (XIX-XXIe siècle) : Histoire, acteurs, modes de création et de circulation”, organisé par Serge Linarès et Isabelle Diu, se tient à l’Université Sorbonne Nouvelle / THALIM.

J’aurai le plaisir d’y intervenir lors de la séance du 5 mai, pour parler des éditions NèPE, créées par Julien Blaine en 1972.

Résumé :

« Éditer la poésie en action : les éditions NèPe (1972-2005) »

Julien Blaine est poète, performer et éditeur, trois activités qu’il conjugue sans les dissocier. Il entre, à l’instar d’un Pierre Albert-Birot par exemple, dans la catégorie des poètes-typographes, ou plutôt poètes-imprimeurs. Comme lui, en tant que créateur et promoteur d’une poésie visuelle, qu’il qualifie d’« élémentaire », il considère les propriétés matérielles de la lettre, du signe, mais aussi des moyens de reproduction et des supports, comme parties intégrantes du poème, même. Mais comme performer, créateur et promoteur d’une poésie de performance, d’une « poésie action », il entre également dans la catégorie des poètes qu’on nomme parfois « hors du livre », support avec lequel il entretient une relation paradoxale et contestataire.
 
C’est à la maison d’édition « Nèpe », crée par le poète en 1972, dans l’effervescence de la presse libre et de l’activisme poético-politique, que nous souhaitons ici nous intéresser, considérant sa place singulière dans le champ de l’édition poétique. Située dans une marge contestataire, elle est représentative d’une frange éditoriale émergeant à la fin des années 1970, dans un mouvement de décentrement volontaire et de rejet des structures éditoriales en place, en lien direct avec le caractère expérimental des poésies qui s’y publient, à la recherche de nouveaux formats, mais aussi de nouveaux régimes de circulation de la poésie : d’une poésie en action.
Cette intrication forte, entre une poétique marquée par l’attention aux manifestations matérielles du poème, les modalités de circulation des poèmes au sein de réseaux alternatifs (ceux du mail art notamment), et la pratique éditoriale comme activité poétique et artistique (par l’usage de photocopieuse comme moyen de création), produit des « para-livres », objets paradoxaux où se donne à voir un point resté aveugle dans l’histoire de l’édition de poésie. 

Lien et inscription


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search